Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Je suis là pour réconforter les familles," raconte Philippe Hansen, gardien du cimetière de Guebwiller

mercredi 31 octobre 2018 à 18:34 Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Philippe Hansen est gardien de cimetière depuis 30 ans à Guebwiller. Pendant la Toussaint, il est là pour accueillir les familles et fleurir les tombes. Un travail qu'il aime, car il aime le contact avec le public.

Philippe Hansen est gardien de cimetière depuis 30 ans à Guebwiller
Philippe Hansen est gardien de cimetière depuis 30 ans à Guebwiller © Radio France - Guillaume Chhum

Guebwiller, France

Cela fait maintenant 30 ans que Philippe Hansen est gardien de cimetière à Guebwiller. Tous les jours, il veille sur les 4 200 tombes du cimetière. 

De moins en moins de monde dans les cimetières à la Toussaint 

Pendant la période de la Toussaint, il  fleurit les tombes pour les particuliers qui le demandent. Il a une quarantaine de demandes cette année. Il est aussi là , pour guider ceux qui cherchent les sépultures des défunts. 

Mais avec l'application Webcimetière, il a moins de contact avec le public. 

Entretien des tombes avant la Toussaint  - Radio France
Entretien des tombes avant la Toussaint © Radio France - Guillaume Chhum
Le cimetière de Guebwiller et ses 4.200 tombes  - Radio France
Le cimetière de Guebwiller et ses 4.200 tombes © Radio France - Guillaume Chhum

Philippe Hansen regrette de voir de moins en moins de monde dans les cimetières, au mois de novembre. Les gens ne prennent de moins en moins de temps pour se recueillir pour les défunts. 

Philippe Hansen aime son métier pour le contact, mais aussi pour réconforter les personnes qui sont dans la peine

J'ai le souvenir de personnes âgées qui m'invitaient chez elles. On rigolait de la mort. Ce n'était pas évident, mais il faut en rigoler," Philippe Hansen 

Rencontre avec Philippe Hansen, gardien de cimetière à Guebwiller