Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

"Je trouve ça scandaleux" : Quentin Guillemain réagit aux nouvelles accusations contre Lactalis, dans le Canard Enchaîné

mercredi 9 janvier 2019 à 17:05 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

Un ancien ouvrier met en cause les conditions d'hygiène et la traçabilité des produits Lactalis fabriqués à Craon, dans un procès verbal que le Canard Enchaîné s'est procuré et qu'il a publié ce mercredi. Lactalis dément, l'association des familles de victimes crie au scandale.

Quentin Guillemain, président de l'association des familles de victimes.
Quentin Guillemain, président de l'association des familles de victimes. © Maxppp - PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE/MAXPPP

Craon, France

"Lactalis conteste avec la plus grande fermeté les graves accusations et insinuations contenues dans l'article publié ce mercredi par le Canard Enchaîné". Le groupe laitier mayennais s'est fendu d'un communiqué de presse, quelques heures après la parution de nouvelles accusations dans l'affaire Lactalis, l'affaire des laits en poudre pour bébés, contaminés par des salmonelles, et produits à Craon.

Lactalis dément et contre-attaque

Le Canard Enchaîné publie le procès verbal de l'audition d'un ancien ouvrier du site de Craon. Selon lui, les salariés avaient l'habitude d'effacer l'intégralité des marquages sur les boites de lait en poudre, pour masquer la traçabilité des produits. Des boîtes de poudre de lait, mal étiquetées, non conformes ou retournées par des clients auraient également été rouvertes, sans gant, ni masque, pour être reconditionnées et remises sur le marché. "Lactalis n’a jamais masqué la traçabilité de ses productions par des pratiques illégales", nous précise le porte-parole du groupe Michel Nalet.

Des conditions d'hygiène mises en doute

Mais ce nouveau témoignage fait bondir Quentin Guillemain, le président de l'association des familles de victimes de l'affaire Lactalis.

"Je trouve ça scandaleux, d'autant plus que des témoignages sont apparus il y a déjà presque un an, sur les conditions d'hygiène dans lesquelles sont menées ces productions, et qui montrent bien que cette usine, depuis des années, produit des produits dont on ne peut pas être assuré qu'ils sont complètement sains. D'une part parce qu'on ne sait pas à quelle date ils ont été produits, preuve étant, on efface les numéros de lots et donc les dates de fabrication et donc les potentiels retraits des produits. On reconditionne les produits, ça veut dire que potentiellement, vous avez une boîte de lait contaminée qui devrait être retirée du marché, on la remet dans le circuit. On met une autre date de fabrication, un autre numéro de lot et on le vend. C'est ce qu'il se passe dans cette usine, apparemment depuis un certain nombre d'années, et je trouve ça scandaleux", s'indigne Quentin Guillemain.

"C'est scandaleux" selon Quentin Guillemain, le président des familles de victimes.

L'association appelle au boycott de tous les produits Lactalis

Face à ces accusations, l'association des familles de victimes de l'affaire Lactalis "demande à ce que ces produits ne soient pas vendus". 

"Il n'y a aucune raison qu'ils fassent différemment sur les autres produits" - Quentin Guillemain.

"On ne connait pas les conditions, semble-t-il, de fabrication, qui au fur et à mesure des mois, sont mises en cause en matière d'hygiène, en matière de pratiques, en matière de traçabilité. J'aimerais que l'État soit capable de nous dire que les produits sortent sains et sans aucun danger pour les enfants, ils ne le sont pas. Il y a un risque, et la mesure de précaution veut de ne pas consommer ces produits-là. C'est pour ça que je dis que ce sont tous les produits Lactalis que nous mettons en cause. Quand on voit la manière dont ils font sur les laits infantiles, on peut imaginer la manière dont ils font sur les autres produits. Il n'y a aucune raison qu'ils fassent différemment sur les autres produits de ce groupe", déclare Quentin Guillemain.

Les conditions de fabrication sont mises en cause en matière d'hygiène, en matière de pratiques, en matière de traçabilité."

Selon nos informations, jamais des problèmes de traçabilité n'ont été relevés par les services de l'État sur le site Lactalis de Craon. Et le reconditionnement des poudres de lait pour la filière animale et humaine est tout à fait légal, dans de bonnes conditions d'hygiène, avec gants et masques. Ce que les services de l'État ne vérifient pas à chaque fois.

La commercialisation des produits Lactalis fabriqués à Craon a repris en septembre. Mais seule la tour de séchage n°2 fonctionne, la tour n°1 impliquée dans la contamination à la salmonelle a été démantelée.