Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : L'affaire Vincent Lambert

Affaire Vincent Lambert : "Je voudrais que Mathieu meure dans la dignité" témoigne un père à Rouen

Comme Vincent Lambert, le fils de Daniel Mattard est maintenu artificiellement en vie depuis un accident de vélo en 2014. Et comme dans la famille Lambert, les proches sont divisés. La mère de Mathieu veut poursuivre les traitements. Son père, lui, souhaite qu'on laisse partir son fils.

Mathieu, ici avec son père avant l'accident, vit depuis 4 ans dans une clinique à Rouen
Mathieu, ici avec son père avant l'accident, vit depuis 4 ans dans une clinique à Rouen - photo transmise par le père de Mathieu

Rouen, France

L'histoire de Vincent Lambert, c'est aussi celle de Mathieu Mattard. En janvier 2014, le jeune homme de 38 ans est victime d'un grave accident de vélo à Toulouse. Plongé dans le coma, opéré du cerveau à deux reprises, le jeune homme est rapatrié à Rouen, où vit sa famille. 

À l'époque, les médecins sont très clairs avec ses parents : "On nous a dit que plus jamais il ne marcherait, plus jamais il ne parlerait, ne pourrait boire ou manger. _Un mort-vivant ou plutôt un vivant-mort_" résume son père Daniel, 68 ans. Mais la mère de Mathieu s'oppose à l'arrêt des traitements.

Aujourd'hui encore, Mathieu vit dans une clinique à Rouen, et se trouve toujours dans un état de conscience minimal. Daniel lui rend visite chaque semaine : "On le maintient en vie. Il est alimenté et hydraté par des tuyaux. Il ne peut pas parler, pas bouger, on en sait pas s'il nous entend, s'il nous comprend. _Pour moi, ce n'est pas une vie_."

La mère de Mathieu s'oppose à l'arrêt des traitements

Daniel souhaiterait qu'on laisse partir son fils : "Je suis un peu l'inverse des parents Lambert. Je préférerais que Mathieu meure dignement plutôt qu'il continue à vivre dans cette indignité." Mathieu aimait le rock et les treks au bout du monde. "Aujourd'hui, sa vie se résume à sa chambre, le couloir et la télé."

Mais la maman de Mathieu, l'ex-femme de Daniel, refuse l'arrêt des traitements. "Quand je lui dis que ce n'est pas une vie, elle me répond que _ce n'est peut-être pas une vie, mais que c'est sa vie_." 

"Il ne me reste qu'à le tuer. Peut-être que je le ferai..."

Aujourd'hui, les relations sont difficiles entre les deux parents. Daniel est soutenu par sa fille, mais il a renoncé à convaincre son ex-femme. Il milite désormais pour que chacun pense à rédiger des directives anticipées et à désigner une personne de confiance. "Les médecins sont obligés d'en tenir compte aujourd'hui". Mathieu n'avait pas laissé de consignes. Ce père de famille, dévasté, envisage également de réclamer un RIP, un Référendum d'Initiative Partagée sur la question de la fin de vie et de l'euthanasie pour faire encore évoluer la loi. 

Pour Mathieu, Daniel sait qu'il n'y a plus grand chose à faire. "Il ne me reste qu'à le tuer. Peut-être que je le ferai..." confie Daniel, des sanglots dans la voix.

Le témoignage de Daniel Mattard au micro de Christine Wurtz