Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jean-Guy Talamoni veut retarder le lancement de la 5G en Corse

-
Par , , France Bleu RCFM

Le président de l'Assemblée de Corse propose un moratoire sur la question ce jeudi en séance. La 5G doit permettre d'avoir un débit internet 100 fois plus rapide sur téléphone mobile. Mais plusieurs associations ont peur des conséquences sur la santé.

Cette nouvelle technologie doit permettre d'avoir un débit internet 100 fois plus rapide sur téléphone mobile que l'actuelle 4G
Cette nouvelle technologie doit permettre d'avoir un débit internet 100 fois plus rapide sur téléphone mobile que l'actuelle 4G © Maxppp - maxppp

Jean-Guy Talamoni veut retarder le lancement de la 5G dans l’île et proposera un moratoire sur la question ce jeudi en séance de l’assemblée de Corse. Si cette nouvelle technologie doit permettre d'avoir un débit internet 100 fois plus rapide sur téléphone mobile que l'actuelle 4G, elle inquiète plusieurs associations qui ont peur des conséquences des ondes sur la santé. L'Anses, l'agence de sécurité sanitaire, doit rendre une étude pour trancher la question dans les prochains mois et pour Jean-Guy Talamoni sans cette étude il ne serait pas responsable de lancer la 5G. 

Le pouvoir très limité des élus locaux 

Jean-Guy Talamoni veut retarder le lancement de la 5G dans l’île et proposera un moratoire sur la question ce jeudi en séance de l’assemblée de Corse.
Jean-Guy Talamoni veut retarder le lancement de la 5G dans l’île et proposera un moratoire sur la question ce jeudi en séance de l’assemblée de Corse. © Maxppp - maxppp

La question est tranchée depuis 2011 : seul l’État a la compétence pour réglementer l'implantation des antennes qu'elles soient 4G ou 5G. Il y a quelques jours, la commune de Porto-Vecchio a d’ailleurs voté à l'unanimité un moratoire similaire à celui demandé par Jean-Guy Talamoni qui n'a aucune valeur juridique. Mais pour le président de l'assemblée de Corse l'essentiel n'est pas là : « La compétence juridique de la collectivité à cet égard est discutable, en revanche la compétence politique ne l’est pas ! Je crois vraiment que cette question doit être examinée de manière approfondie et sous l’éclairage des études qui sont en cours avant que l’on donne l’autorisation au niveau politique de déployer la 5G ou bien que l’on s’y oppose. Demander un moratoire ce n’est pas dire non mais prendre le temps de _décider en connaissance de cause._»

Effet boule de neige

Jean-Guy Talamoni espère qu'un moratoire comme il le propose fera effet boule de neige. Ce manque de pouvoir juridique ne doit pas être un frein selon lui : « Il nous semble que _les politiques ne peuvent pas être dessaisis de leur capacité à examiner une situation, ils ne doivent pas être mis devant le fait accompli_. Nous nous pensons que si l’assemblée de Corse est favorable au moratoire, si dans le même temps les municipalités en grand nombre s’opposent au développement de la 5G, si les associations, les collectifs, les Corses se mobilisent je pense que nous pouvons obtenir une pause en attendant un avis définitif sur a question. »

Jean-Guy Talamoni, président de l'assemblée de Corse

Priorité aux clients 

Du côté des opérateurs on assure ne pas vouloir installer la 5G en Corse sans dialoguer avec les élus. Mais l'objectif reste clair : Michel Combot, directeur de la fédération française des opérateurs : « Nous n’envisageons pas une Corse sans 5G car elle a tout à gagner avec le développement de cette nouvelle technologie. Nous ferons tout pour que ce déploiement se fasse en bonne concertation avec les élus après effectivement _si une entreprise ou des usagers souhaitent la 5G notre priorité est de les desservir_. »

Michel Combot, directeur de la fédération française des opérateurs

L'attribution des fréquences 5G va être mise aux enchères en septembre prochain. Chaque opérateur sera ensuite libre d'installer des émetteurs où il veut dans les mois qui suivent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess