Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Jean-Marc SCHIAPPA, nouveau nationaliste ?

-
Par , France Bleu RCFM

Jean-Marc Schiappa, historien mais aussi père de la secrétaire d’État du même nom, était l'invité de Toc toc sur RCFM. Traitement colonial de la Corse, mépris du Président Macron à l’égard des nationalistes ou primauté de l’île en matière de laïcité, l’intellectuel n’a pas mâché ses mots.

Jean-Marc Schiappa
Jean-Marc Schiappa - DR/

Corse, France

Jean-Marc Schiappa, intellectuel, historien français, président de l’institut de recherche et d’étude de la libre pensée, auteur de nombreux ouvrages historiques mais également père de la secrétaire d’État Marlène Schiappa (en charge de l'Égalité entre les femmes et les hommes) était l’invité de Davia Bourgeois dans l’émission « Toc Toc » sur RCFM ce mercredi. 

A plusieurs reprises il a évoqué la Corse dont il est originaire.

Jean-Marc Schiappa - Aucun(e)
Jean-Marc Schiappa - DR/

"Si ce n’est pas le propre d’une économie coloniale, qu’est-ce que cela peut être ?"

Dès le début de l’émission Jean-Marc Schiappa annonce la couleur : « J’ai l’habitude d’accepter les invitations, je ne m’appelle pas Emmanuel Macron ! » En direct à l’antenne, l’historien n’a pas hésité à taper sur le Président de la République, mais aussi sur l’État lui-même notamment lorsque la question d’un éventuel traitement colonial de la Corse par la France lui est posée. « Un historien doit être prudent, il y a incontestablement un problème spécifique qui n’est pas loin de l’ordre d’une économie très proche du système colonial. Pendant à peu près deux siècles, le XIXème  et le XXème siècle tout ce qui était produit en Corse était surtaxé et tout ce qui était introduit était détaxé, si ce n’est pas le propre d’une économie coloniale, qu’est-ce que cela peut être ? Donc il y a effectivement un problème qu’il faut traiter autrement que par les roulements de petites mécaniques du jeune homme qui a traversé la rue pour trouver un travail à l’Élysée… »

Jean-Marc Schiappa / Traitement colonial

"La vérité de l’élection est valable pour tout le monde"

En ce qui concerne son opinion sur l’engagement politique et le fait de s’exposer à un scrutin, une élection, pour faire connaître ses idées, Jean-Marc Schiappa n’y va pas non plus par quatre chemins. Selon lui les urnes ne légitiment rien, la preuve en Corse… « Si les élections pouvaient faire avancer quoi que ce soit, cela aurait été interdit depuis belle lurette…Je vais prendre un exemple : vous avez un jeune homme qui n’a de mots à la bouche que démocratie, élection, etc…Il est élu…dans les des circonstances bizarres…mais de quel droit peut-il considérer avec le mépris qui a été le sien d’autres personnes, dont je ne partage pas les idées mais là n’est pas la question, qui ont été élues et sont élues plus particulièrement en Corse ? Il n’y a pas quelqu’un qui est bien élu et quelqu’un qui est mal élu, la vérité de l’élection est valable pour tout le monde, je ne peux pas étant élu considérer l’autre élu comme un moins que rien. C’est particulièrement _vexatoire, discriminatoire, nous sommes au-delà de l’humiliation_…Les prochaines élections européennes, le peuple va y répondre de la façon la plus intéressante qui soit, ils vont majoritairement s’abstenir… »

Jean-Marc Schiappa / Politique

Paoli et la Corse à l’UNESCO

C’est à la fin de l’émission en évoquant sa propre actualité que Jean-Marc Schiappa a livré une information exclusive. En effet, avec l’aide de proches collaborateurs, l’historien compte bien donner toute sa place à la Constitution de 1755 de Pascal Paoli en plaidant pour son entrée au registre Mémoire du Monde de l’UNESCO. « On oublie souvent que Pascal Paoli était l’un des _précurseurs de la laïcité, de la séparation de l’Eglise et de l’État_…Nous allons engager une campagne internationale pour faire inscrire à la mémoire de l’Unesco la constitution de 1755 de Paoli, c’est absolument indispensable. C’est la première constitution écrite du monde moderne, elle a marqué l’histoire non pas de notre île mais de l’humanité…Ce n’est que justice. »

Jean-Marc Schiappa / Histoire

« Toc toc » 24/04/2019 sur RCFM 

Choix de la station

France Bleu