Société

Jean-Michel Villaumé (député de Haute-Saône) : "Un hommage national très important pour les victimes du terrorisme"

Par Hajera Mohammad, France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 19 septembre 2016 à 8:43

Mémorial place de la République à Paris en hommage aux victimes des attentats de janvier 2015 dans la capitale.
Mémorial place de la République à Paris en hommage aux victimes des attentats de janvier 2015 dans la capitale. © Maxppp -

Un hommage national est rendu ce lundi matin aux Invalides à Paris pour toutes les victimes du terrorisme. Organisée depuis dix-huit ans à la demande d'associations, cette journée sera particulière cette année, après les attentats qui ont touché la France depuis début 2015.

"Cet hommage c'est la République, la France en quelque sorte qui affirme son soutien aux victimes " explique Jean-Michel Villaumé, député de Haute-Saône. Également membre de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015, l'élu revient sur les témoignages des victimes entendus lors de ces auditions. "Elles nous ont fait part de leur douleur dans leur chair, leur douleur psychologique et puis leur demande de reconnaissance. Il y a un besoin de se reconstruire face à ces actes de violences abominables" précise le député.

On va devoir vivre avec cette menace pendant de longues années -Jean-Michel Villaumé

Cet hommage national a lieu alors que la menace terroriste reste élevée en France. "Elle est maximale. On va devoir vivre avec pendant de longues années encore" avoue Jean-Michel Villaumé. De quoi raviver les plaies, les traumatismes de certaines victimes. À Seloncourt dans le Doubs, Isabelle et ses deux enfants tentent toujours de s'en remettre. Ils étaient à Nice sur la Promenade des Anglais, le 14 juillet dernier. "On reprend sa vie, son travail, il y a eu la rentrée scolaire mais la marque psychologique est toujours là. Notre vie sera marquée jusqu'au bout" affirme la maman.

Isabelle, habitante de Seloncourt, rescapée de l'attentat de Nice :" Nos vies seront marquées jusqu'au bout" (reportage d'Hervé Blanchard)

Son fils de sept ans est toujours suivi par un pédo-psychiatre pour soigner ses terreurs nocturnes. Sa grande sœur âgée de 18 ans, Méline, a cessé les séances chez le psychologue mais reste marquée. "On y pense souvent. Quand je vois un camion ou quand j'entends un gros bruit, ça me rappelle des choses" avoue-telle.

Quand je vois un camion, ça me rappelle des choses" - Méline, 18 ans, à Nice le 14 juillet dernier

Mais la jeune fille compte bien participer à sa manière cet hommage national, en ayant une pensée pour tous ceux qui n'ont pas survécu. "C'est quelque chose qu'il faut respecter absolument parce que ces gens sont morts pour rien."  Et désormais, elle le sait, cet événement a changé sa vie et lui permet au moins de relativiser sur certains de ses aspects. "Quand on est jeune, on se plaint beaucoup, mais je me rends compte que ce n'est rien, je vais bien, ma famille va bien, alors j'ai pas le droit."

Jean-Michel Villaumé, député de Haute-Saône : "Un hommage national important pour les victimes"

À LIRE AUSSI >>>  Des rassemblements dans le Nord Franche-Comté en hommage aux victimes de Nice