Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nouveau pesticide "tueur d'abeille" : l'ancien député de l'Indre Jean-Paul Chanteguet dénonce le poids des lobbys

mercredi 25 octobre 2017 à 6:02 Par Maureen Suignard, France Bleu Berry et France Bleu

Le mois dernier, l'Anses a délivré une autorisation de mise sur le marché d'un nouveau pesticide contesté, le Sulfoxaflor. Jean-Paul Chanteguet réagit vivement. Selon l'ancien député de l'Indre, le produit est très dangereux pour les abeilles et il demande au gouvernement d'agir au plus vite.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire a donné son feu vert à l'utilisation du Sulfoxaflor, un pesticide.
L'Agence nationale de sécurité sanitaire a donné son feu vert à l'utilisation du Sulfoxaflor, un pesticide. © Maxppp - Pascal Brocard

Centre-Val de Loire, France

Et si les abeilles avaient encore beaucoup de soucis à se faire ? C'est ce que pense, entre autres, Jean-Paul Chanteguet, ancien député de l'Indre et ancien président de la commission du développement durable de l'Assemblée nationale. Il dénonce la décision de l'Agence nationale de sécurité sanitaire d'autoriser la commercialisation du Sulfoxaflor, un produit très dangereux pour les abeilles selon lui.

"Je suis très en colère. Cela veut dire que les lobbys sont très puissants dans notre pays et au niveau européen." Jean-Paul Chanteguet

Jean-Paul Chanteguet est l'un des artisans de la loi du 8 août 2016 prévoyant l'interdiction de tous les insecticides de la famille des néonicotinoïdes à compter du 1er septembre 2018. Une loi qui accorde des dérogations possibles jusqu'au 1er juillet 2020. "L'objectif était de permettre aux agriculteurs de s'adapter. Mais le secteur de l'agrochimie a profité de ce délai supplémentaire qui était donné"' s'agace Jean-Paul Chanteguet.

L'ancien député se dit très en colère contre l'Anses et sa décision d'autoriser la commercialisation du Sulfoxaflor. "Cela veut dire que les lobbys sont très puissants dans notre pays et au niveau européen" ajoute-t-il. "Nous avons le sentiment que le gouvernement, au travers de l'Anses, est prêt à autoriser la mise sur le marché d'un nouveau néonicotinoïde ce qui nous parait particulièrement inquiétant."

Jean-Paul Chanteguet demande donc au gouvernement d'agir de ne pas autoriser la mise sur le marché de ce produit. " Il ne peut y avoir qu'une décision à caractère politique", précise le désormais président du PNR de la Brenne.

Face à la fronde des défenseurs de l'environnement, le gouvernement a donné vendredi trois mois aux autorités sanitaires pour confirmer ou non cette autorisation après examen de "nouvelles données".

Néonicotinoïdes: Jean-Paul Chanteguet, l'ancien président de la commission du développement durable de l'Assemblée nationale dénonce la puissance des lobbys

  - Aucun(e)
- © Visactu -