Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Jean-Philippe Magnen, vice-président écologiste du conseil régional des Pays-de-la-Loire décide d'arrêter

mardi 30 septembre 2014 à 6:00 Par Antoine Denéchère et Mikaël Roparz, France Bleu Loire Océan, France Bleu Maine et France Bleu Mayenne

Jean-Philippe Magnen, ancien adjoint au maire de Nantes, 3e vice-président du Conseil Régional des Pays-de-la-Loire depuis 2010, l'un des principaux leaders d'Europe Ecologie Les Verts dans la région, décide d'arrêter : une fois que son mandat régional sera terminé en décembre 2015, il ne se représentera pas et arrêtera sa "carrière" d'élu.

Jean-Philippe Magnen, vice-président EELV des Pays de la Loire
Jean-Philippe Magnen, vice-président EELV des Pays de la Loire © Antoine Denéchère-Radio France

Cette décision est une sacrée surprise. Jean Philippe Magnen faisait partie de ces élus jugés prometteurs. Elu municipal à Nantes en 2001, il est surtout celui qui aux régionales de 2010 mène la liste des écologistes  au succès avec plus de 13% des suffrages ! Il devient même jusqu'en novembre dernier porte parole national d'Europe écologie les verts.

"J'estime que ma place est ailleurs" 

Il a décidé d'aller au bout de son mandat régional fin 2015 mais dans un courrier aux 750 adhérents d'EELV en Pays-de-la-Loire, il explique qu'il "ne croit plus à la politique traditionnelle régie uniquement par les partis " jugeant son parti "trop soumis aux règles de la communication et du marketing, aux effets pervers des égos débordants ". Un texte très personnel dans lequel l'homme reconnaît s'être lui même parfois pris à "ce jeu ".

Jean Philippe Magnen évoque aussi des raisons personnelles et l'envie de reprendre son métier de psychothérapeute. "J’estime que ma place est ailleurs. Je n'ai pas, ou je n'ai plus, l’envie de continuer à être un homme politique selon la définition actuelle " écrit-il.

Fier de son bilan d'élu, il reste adhérent du parti mais a envie de défendre le projet écologiste de façon différente. Son souhait : que son geste, rare, provoque un débat salutaire sur la façon de faire de la politique.

Le courrier adressé aux 750 adhérents d'EELV en Pays-de-la-Loire :

Jean-Philippe Magnen décide d'arrêter. Il est l'invité d'Antoine Denéchère