Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Anticorrida : Jean-Pierre Garrigues, l'emblématique président du CRAC Europe, est décédé

dimanche 19 novembre 2017 à 18:00 - Mis à jour le dimanche 19 novembre 2017 à 20:59 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

Jean-Pierre Garrigues, le président du Crac Europe, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche. A 53 ans, il luttait depuis deux ans contre un cancer du cerveau. En quinze ans, il a fait du comité radicalement anticorrida l'une des principales associations abolitionnistes de France.

Jean-Pierre Garrigues était âgé de 53 ans
Jean-Pierre Garrigues était âgé de 53 ans © Maxppp -

Alès, France

Jean-Pierre Garrigues, le président du Crac, le comité radicalement anticorrida, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche. Âgé de 53 ans, il se battait depuis bientôt deux ans, contre un cancer du cerveau. Jean-Pierre Garrigues, qui a pris la tête du Crac en 2002, avait fait de cette association, l’une des principales luttant pour obtenir l'abolition de la corrida en France.

Nous sommes tous orphelins et les taureaux aussi. Nous perdons un grand ami et un frère de combat.

C'est Bruno Ricard qui annonce sur son blog la disparition de l'emblématique président du Crac. En octobre dernier, Jean-Pierre Garrigues avait créé la surprise en annonçant la dissolution du comité radicalement anticorrida et du CRAC Europe. Il se disait épuisé par la maladie et plus en mesure de continuer la lutte sur le terrain de l'abolition. Il invitait les militants de la cause animale à poursuivre la lutte. Il a été entendu puisque le Crac s'est reconstitué.

Des manifestations jusqu'aux prétoires. Les violences de Rodilhan.

A l'actif du président du Crac de nombreuses manifestations surtout dans devant des arènes de seconde catégorie. Des manifestations qui lui ont valu plusieurs comparutions devant la justice. En 2011, la plus médiatisée celle de l'affaire dite Rodilhan 1. Jean-Pierre Garrigues et le Crac ont fait du village Gardois, où il était enseignant, un symbole de la lutte entre pro et anticorrida.

Le 8 octobre 2011, des dizaines d’activistes s’étaient enchaînés au centre des arènes. Ils avaient été à l’époque frappés, et évacués avec une violence extrême par un groupe aficionados. Le tribunal de Nîmes avait prononcé des peines jusqu’à six mois de prison ferme. Jean-Pierre Garrigues avait été lui aussi condamné, en tant qu’organisateur d’une manifestation non-autorisée à quatre mois de prison avec sursis et 2.000 euros d’amende.