Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Jean Viacroze ne vivait pas comme un survivant mais comme un vivant par miracle"

-
Par , France Bleu Limousin

Plus d'une centaine de personnes, dont Bernard Combes et François Hollande, était présente à la cathédrale de Tulle ce samedi pour rendre un dernier hommage à Jean Viacroze. Le dernier survivant des pendaisons du 9 juin 1944 est décédé dans la nuit de mardi à mercredi dernier à l'âge de 104 ans.

La cathédrale de Tulle était remplie ce samedi . plus d'une centaine de personne est venue rendre un dernier hommage à Jean Viacroze, le dernier survivant des pendaisons de Tulle le 9 juin 1944.
La cathédrale de Tulle était remplie ce samedi . plus d'une centaine de personne est venue rendre un dernier hommage à Jean Viacroze, le dernier survivant des pendaisons de Tulle le 9 juin 1944. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Tulle, France

Ils étaient plus d'une centaine ce samedi dans la cathédrale de Tulle, en Corrèze pour les obsèques de Jean Viacroze décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 104 ans. Tous sont venus dire au revoir au dernier survivant des pendaisons du 9 juin 1944. Un dernier hommage pour un homme au destin exceptionnel, coiffeur, peintre mais surtout témoin direct de la barbarie nazie. Les massacres, le train de la mort, les camps de concentration. Un dernier hommage rendu, entre autre par l'ancien chef de l'Etat François Hollande, le maire de Tulle Bernard Combes mais aussi des dizaines d'anonymes.

Jean Viacroze c'était de la générosité, du partage. Toujours un sourire, un mot avenant - Dina

Beaucoup d'habitants de Tulle ont tenu à être là ce samedi, malgré la pluie, malgré le froid. C'est le cas de Dina. Elle connaissait Jean Viacroze depuis plus de 20 ans,  _"J_ean Viacroze c'était de la générosité, c'était du partage. Toujours un sourire, toujours un mot avenant. Quelqu'un de très ouvert sur ce qu'il se passait dans le monde, et sur ce qui l'entourait avec l'expérience de son vécu". 

Jean Viacroze ne vivait pas comme un survivant mais comme un vivant par miracle - Bernard Combes, Maire de Tulle

Le vécu de Jean Viacroze, justement, Bernard Combes, maire de Tulle y est longuement revenu dans son discours. Décédé à 104 ans, celui qui fut coiffeur mais aussi peintre a connu la barbarie nazie jusque dans sa chair, au camp de concentration de Dachau où il a servi de cobaye aux médecins du troisième reich. Pour Bernard Combes, Jean Viacroze était plus qu'un survivant "C'était un miraculé et toute sa vie il s'est comporté comme tel. Non pas comme un survivant mais comme un vivant par miracle".

Un compagnon de misère de mon père - Michel Drelon, président du comité des martyrs de Tulle

Un destin quasi identique à celui du père de Michel Drelon, le président du comité des martyrs de Tulle: "C'était un compagnon de misère de mon père" explique-t-il avant de détailler "Il avait été comme lui à Dachau, il avait été dans le train de la mort, ils ont subit les mêmes sévices au camp de concentration, les expériences des médecins nazis". Michel Drelon qui se souvient aussi, quand, enfant, il accompagnait son père au bar Le Molière où ils se réunissaient et où chacun racontait son histoire, son expérience. 

Même en mourant à 104 ans on peut être promis à l'éternité, celle du témoignage, de la vérité qui doit être rappelée - François Hollande 

Son histoire justement, Jean Viacroze en a témoigné, souvent auprès des plus jeunes, il en restera des traces écrites, des enregistrements audio précise Michel Drelon. Pour l'ancien maire de Tulle et ancien président du Conseil Général de la Corrèze, François Hollande, l'histoire de Jean Viacroze ne doit pas, et ne tombera pas dans l'oublie:_"Même en mourant à 104 ans on peut être promis à l'éternité. L'éternité c'est celle du témoignage, c'est celle de la vérité qui doit être rappelée par rapport à ce qu'il avait lui même connu, la déportation, la lutte contre le nazisme, le fascisme_. Ce combat là, hélas, il n'est toujours pas achevé donc je voulais lui dire qu'on serait les successeurs tant qu'on serait des survivants" déclare l'ancien chef de l'Etat à l'issue de la cérémonie à laquelle il a assisté avec sa compagne Julie Gayet. 

Il était toujours habillé en dimanche, c'était là son élégance - François Hollande

Une cérémonie durant laquelle François Hollande n'a pas manqué d'apporter un trait d'humour notant, dans son discours les cravates "toujours droites" de Jean Viacroze, toujours "habillé en dimanche, c'était là son élégance" . A la fin de la cérémonie est revenu sur cet attachement à l'élégance et à l'apparence: "Il avait connu la saleté, la crasse, les poux, tout ce qui dégrade l'être humain" explique ainsi François Hollande, avant de poursuivre "et donc, comme il en était sorti, comme il était un survivant, _comme il voulait montrer qu'il avait réussi à surmonter toutes ces épreuves, il tenait à être toujours impeccable_

_J_ean Viacroze était le dernier grand témoin des pages les plus sombres de l'histoire de Tulle, et comme un signe du destin, le soleil s'est invité à la fin de ses obsèques.