Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Jean-Yves Grandidier, patron de Valorem, réagit à la présentation du plan énergie

mardi 27 novembre 2018 à 16:33 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

L'entreprise Valorem, spécialiste de l'éolien et du photovoltaïque basée à Bègles, devrait bénéficier des annonces du président de la République. Pour autant son patron Jean-Yves Grandidier exprime ses craintes vis-à-vis des freins réglementaires et du vieillissement du parc nucléaire.

Les éoliennes de Valorem
Les éoliennes de Valorem © Maxppp - maxppp

Bordeaux, France

France Bleu Gironde : Emmanuel Macron a évoqué ce mardi matin un triplement de l'éolien terrestre et une multiplication par cinq du photovoltaïque d'ici 2030. Pour votre entreprise qui travaille dans ces deux secteurs c'est une excellente nouvelle, non ?

Jean-Yves Grandidier : Bien sur que nous sommes enthousiastes. Les objectifs sont bons mais attention au cadre réglementaire. Ca fait un an que les projets éoliens sont bloqués en raison d'un problème avec l'autorité environnementale qui valide tous les projets. Ce problème sera peut-être réglé prochainement mais sur les années 2021, 2022 on va avoir un creux. Donc c'est bien de se mettre des objectifs mais il faut marcher sur ses deux jambes. L'objectif c'est la première jambe mais les moyens qui permettent d'atteindre les objectifs c'est la deuxième jambe.

Emmanuel Macron a également annoncé une production d'énergie complètement décarbonée en 2050, et confirmé la réduction de la part du nucléaire de 50% d'ici 2035. C'est suffisant ?

Il y a quand même une grosse omission. En 2025 24 centrales nucléaires françaises auront plus de 40 ans. Si j'ai bien compris Emmanuel Macron seulement quatre ou cinq centrales seront fermées d'ici là. Ca veut dire qu'on va prolonger la durée de vie de 19 centrales. Pour être dans les normes post-Fukushima on va devoir construire des carénages autour de ces installations. Ces travaux vont coûter à chaque ménage français 350 euros par an. C'est l'équivalent de la hausse du gasoil !

La centrale nucléaire du Blayais est concernée par ce plan de fermeture, c'est une bonne chose ?

On peut effectivement supposer que deux des quatre réacteurs du Blayais vont fermer. Et oui on peut s'en passer du moment où le manque de production sera compensé par les énergies renouvelables qui se développent fortement dans la grande région Nouvelle-Aquitaine. C'est vrai que l'éolien et le solaire restent des énergies variables mais la France doit aussi faire des efforts pour réduire sa consommation globale d'électricité.