Société

Jean-Yves Martignon (Fédération des motards en colère) : "Les motards ne sont pas moins sérieux que les automobilistes"

Par Ulysse Khalife, France Bleu Lorraine Nord jeudi 20 octobre 2016 à 8:00

Jean-Yves Martignon, coordinateur en Moselle de la Fédération des motards en colère.
Jean-Yves Martignon, coordinateur en Moselle de la Fédération des motards en colère. © Radio France - Ulysse Khalife

Invité de France Bleu Lorraine, jeudi 20 octobre, le coordinateur de la Fédération des motards en colère de Moselle, Jean-Yves Martignon dénonce l'inattention de certains automobilistes au volant, alors que le nombre d'accidents de la route est en hausse cette année dans notre département.

Selon une étude de la SANEF, la société des autoroutes du nord-est de la France, en 2016, 56,7% des personnes interrogées déclarent téléphoner en conduisant. Ils sont 30,7% à lire leurs e-mails et leurs SMS et 20% les envoient carrément au volant. "Les automobilistes sont plus distraits que les motards", commente sur France Bleu Lorraine le coordinateur en Moselle de la Fédération des motards en colère, Jean-Yves Martignon :

Aujourd'hui, les voitures sont tellement équipées d'ordinateurs, de téléphones intégrés... Même s'il y a le kit mains-libres, on cherche quand même ses contacts sur le tableau de bord ou sur la console centrale, on n'est donc plus concentré sur sa conduite."

Jean-Yves Martignon demande donc aux automobilistes des efforts, mais ne croit pas à une solution miracle.

Une des solutions que l'on préconise, c'est que lorsque l'automobiliste passe son permis B, on lui donne un petit fascicule sur le partage de la route et la prise en compte du deux-roues. Regarder davantage son rétroviseur que son téléphone."

Le téléphone au volant n'est qu'une des nombreuses causes d'accidents de la route. En Moselle, selon la préfecture, les causes principales sont en tout cas des fautes de comportement des conducteurs : alcool, vitesse, ou encore défaut du port de la ceinture de sécurité, comme pour cette famille du pays de Bitche décimée le 2 octobre dernier.

Pour la période du 1er janvier au 30 septembre, les chiffres de la sécurité routière dans notre département sont mauvais par rapport à l'année dernière :

  • 355 accidents, contre 328 (soit + 8,23%)
  • 34 tués, contre 30 (soit + 13,33%)
  • 444 blessés, contre 416 (soit + 6,73%)

Pour enrayer la mortalité en hausse sur les routes de France, le gouvernement souhaite notamment instaurer un contrôle technique obligatoire pour la revente des deux roues de plus de deux ans. Un projet censé entrer en vigueur fin 2017 et qui, selon la fédération des motards en colère, n'aura aucun effet sur la sécurité routière, comme l'explique Jean-Yves Martignon :

D'après un rapport qui a analysé mille accidents dans cinq pays d'Europe, il est constaté que l'état du véhicule est en cause dans moins d'un pourcent des accidents. Et encore, cela inclut par exemple un pot non-homologué ou une ampoule défectueuse."

Jean-Yves Martignon qui dénonce également l'état des routes en Moselle, estimant que le budget n'a pas suivi depuis que leur entretien est devenu une prérogative régionale en France.

Partager sur :