Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jérôme Cazalbou confiant avant le quart de finale du Stade Toulousain contre l'Ulster

-
Par , France Bleu Occitanie

Les joueurs du Stade Toulousain jouent ce Dimanche le quart de finale de la Coupe d’Europe, qu’ils auraient dû disputer le 5 avril dernier. Les joueurs sont bien préparés pour affronter cette équipe irlandaise estime Jérome Cazalbou le manager du haut niveau du Stade Toulousain.

"Nous sommes prêts à battre les irlandais" estime Jérome Cazalbou avant le quart de finale contre l'Ulster
"Nous sommes prêts à battre les irlandais" estime Jérome Cazalbou avant le quart de finale contre l'Ulster © Maxppp - DDM JEAN MICHEL MAZET

Le Stade Toulousain joue son quart de finale de la Coupe d'Europe  ce dimanche face à la province irlandaise de l'Ulster.  C’est les 18 e fois en 24 participations que les Rouge et Noir atteignent la phase finale de la Coupe d’ Europe. Le match devait avoir lieu le 5 avril dernier au Stadium devant 33.000 personnes, finalement ce sera à Ernest-Wallon devant 5.000 spectateurs. L’objectif est toujours le même, atteindre la finale. Les Rouges et Noir ont fait une grosse préparation, "nous nous sommes donné les moyens de vaincre cette équipe d’Irlande" estime Jérôme Cazalbou , le manager de haut niveau du Stade Toulousain, invité de France Bleu Occitanie

Jerome Cazalbou "Nous sommes prêts à affronter l'Irlande"

France Bleu : Cela fait des mois qu’on attend ce quart de finale après une année plus que particulière, est ce que vous sentez malgré le contexte l’excitation monter et l’impatiente de votre groupe ?

Jérôme Cazalbou :  C’est un match qu’on aurait c’est vrai, jouer un peu plus tôt, avec du monde pour venir encourager l’équipe. Après, nous nous sommes focalisés très tôt sur ce match puisqu’on savait que ces phases finales se joueraient. On a donc profité de cette période de confinement pour travailler cette rencontre, analyser cette équipe de Munster, et très tôt lorsque la reprise a été permise fin mai début juin, au-delà du protocole Covid qu’il a fallu appliquer, on a continué à travailler pour essayer de bien maîtriser le jeu que vont nous proposer les Irlandais.

On fait notre maximum ici à France Bleu pour faire vivre ce match, est ce que vous sentez malgré tout qu’il n’y a pas l’engouement habituel dans la ville ?

C’est normal, j’ai envie de dire, la reprise s’est faite très récemment, on en est qu’à la 2e journée du championnat. C’est vrai qu’on n’a pas l’habitude de jouer des matchs aussi importants des phases finales si tôt dans la saison, c’est vraiment exceptionnel. Les gens sont un peu concentrés sur les problèmes du quotidien, on peut comprendre tout ça. C’est gentil à vous de nous aider à faire monter cette excitation, cette pression, l’importance de ce match.

Les joueurs eux sont concentrés, ils savent pertinemment que c’est un des objectifs forts de la saison dernière, qui se présente maintenant au tout début de celle-ci. Après ce n’est pas simple dans un contexte où on attend toujours de savoir les résultats des tests Covid, mais en tout cas, cette semaine, on a continué à préparer ce match.

Le match devait justement se jouer devant 33.000 spectateurs au Stadium, ce sera finalement 5.000 à Ernest Wallon, est ce que ça peut être un handicap pour le club de ne pas être porté par la foule des supporters Rouge et Noir ?

On a de la chance d’avoir déjà fait un match la semaine dernière à Ernest Wallon devant 5.000 personnes. On a eu des moments un petit peu difficiles, mais on a senti quand même le public derrière nous, même s’il n’était pas nombreux. Les Irlandais vous savez, pour l’instant ils jouent à huis-clos, eux ils n’ont pas du tout de public.

Je ne pense pas que ça les perturbe d’avoir 5.000 personnes dans les tribunes par rapport aux quatre derniers matchs à huis-clos qu’ils ont vécu. On peut comprendre les raisons de cette jauge à 5.000, à nous de faire avec. À nous de nous préparer à se resserrer quand il y aura des moments difficiles, de façon différente.

Vous l’avez dit, les Irlandais ont quatre matchs à leur actif, deux matchs pour le Stade Toulousain, ça peut jouer ?

On a fait une grosse préparation. Ils n’ont pas eu de matchs amicaux, nous, on a eu des matchs amicaux. Ce n’est pas la même intensité. Les Irlandais ont eu deux matchs de phases finales, puisqu’ils ont joué la finale du Pro 14 perdue contre le Leinster. Ils ont eu cette expérience des matchs couperet.

Après, nous, nous avons une équipe jeune qui a vécu ces moments-là, une équipe expérimentée aussi avec des anciens qui portent cette équipe jeune, donc on ne craint pas cette confrontation.

C’est quoi le point fort de l’Ulster dont les Toulousains doivent se méfier ?

C’est une équipe qui est très solide, qui maîtrise son rugby. On n’arrive pas à ce niveau sans avoir toutes les qualités à tous les postes. Il y a une étude qui a été faite de chaque joueur par rapport à son adversaire, on connaît parfaitement l’adversaire, je ne vois pas comment on serait surpris.

Après, ils ont de très bons joueurs qui jouent avec l’équipe d’Irlande, un gros paquet d’avants très solide qui maîtrise bien le jeu au pied. Ils savent répéter leur rugby et mettre une grosse pression à l’offensive, donc à nous d’inverser cela, déjà physiquement, et mettre la vitesse que l’on sait mettre pour les déborder, et arriver à gagner ce match.

C’est la 18e fois sur 24 participations que le Stade Toulousain atteint la finale de la Champions Cup, est ce que vous les sentez aller jusqu’au bout ?

On sait pertinemment que la saison dernière, on s’était mis cette finale en point de mire, on avait échoué la saison d’avant en demi-finale contre le Leinster, on voulait au moins passer un palier supplémentaire. En tout cas, on s’est donné les moyens pour. On va espérer que tout ça se passe bien ce week-end.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess