Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jeux d’argent : les Français jouent moins mais prennent davantage de risques

-
Par , France Bleu

Le nombre de joueurs recule en France selon une étude publiée ce lundi par Santé publique France, l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) et l'Observatoire des jeux (ODJ). Mais 340.000 d'entre eux sont accros, un chiffre qui a doublé en cinq ans.

80 à 90% des joueurs jouent exclusivement aux jeux de loterie en France (image d'illustration).
80 à 90% des joueurs jouent exclusivement aux jeux de loterie en France (image d'illustration). © Maxppp - Gérard Houin/BELPRESS

Loterie, paris hippiques et sportifs ou encore poker : entre 2014 et 2019, le nombre d'amateurs de jeux d'argent et de hasard a diminué mais la proportion des joueurs accros a doublé révèle une vaste étude de Santé publique France, l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) et l'Observatoire des jeux (ODJ) *. 

200 euros par an par habitant

47,2% de Français ont joué au moins une fois durant l'année écoulée, contre 56,2% il y a cinq ans. Mais s'ils jouent moins souvent, les amateurs dépensent davantage. Les Français consacrent environ 10% de leur budget loisirs aux jeux, soit une dépense d'environ 200 euros par an par habitant majeur. Un chiffre en hausse de 12,5% sur les cinq dernières années. 

Ces joueurs, pour la plupart occasionnels (44% jouent moins d'une fois par mois), sont majoritairement des hommes, âgés de de 25 à 54 ans, professionnellement actifs, appartenant aux professions intermédiaires, d'un niveau d'éducation un peu moins élevé que celui des non-joueurs, mais avec un niveau de revenu supérieur. "80 à 90% d'entre eux jouent exclusivement aux jeux de loterie" de la FDJ (Française des jeux) a précisé à l'AFP Jean-Michel Costes (ODJ), l'un des auteurs de l'enquête. La baisse générale du nombre de joueurs s'expliquent notamment par le recul des ventes de tickets de grattage et de loterie proposés par la FDJ.

En revanche, le secteur des paris sportifs a enregistré une forte progression (environ 60%) et le volume des mises a été "multiplié par 2,8 en cinq ans avec une croissance plus marquée encore pour les mises sur internet (multipliées par 4,6)", selon l'étude, alors que l'ouverture du jeu en ligne remonte à 2010.

Le nombre de joueurs accros doublé en cinq ans

Une évolution préoccupante : les paris sportifs, dont l'offre et l'exposition publicitaire ont beaucoup augmenté ces dernières années, génèrent des comportements de jeu plus "intensifs". L'étude estime que la France compte aujourd’hui 1.340.000 joueurs problématiques. Un million sont des joueurs "à risque modéré", "en difficulté, ils n'ont pas encore perdu le contrôle", a expliqué Jean-Michel Costes à l'AFP. Mais l'étude estime que 340.000 d'entre eux ont des comportements "excessifs", et souffrent "d'addiction". Une proportion qui a doublé en cinq ans, passant de 0,8 à 1,6% des joueurs.

Ces deux catégories, professionnellement moins actifs et appartenant à des milieux socio-éducatifs plus modestes que les autres joueurs, génèrent 38,3% du chiffre d'affaires du secteur, mais ne représentent que 6% des joueurs.

"En terme de santé publique, on est très loin des autres addictions comme l'alcool ou le tabac, qui touchent beaucoup plus de personnes. Mais il y a une augmentation significative du nombre de personnes en difficulté" a résumé Jean-Michel Costes, à l'AFP.

Depuis le 23 juin, l’Autorité nationale des jeux est chargée de la régulation des paris sportifs et des jeux d'argent et de hasard, qui relevaient autrefois du monopole de l’État.

* 10.352 Français âgés de 18 à 75 ans, dont 4.544 joueurs, ont été interrogés de janvier à juin 2019.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu