Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

JO 2024 : la candidature de Paris est "très forte" pour le président du CIO

dimanche 2 octobre 2016 à 19:34 Par Germain Arrigoni, France Bleu Paris et France Bleu

Le président du CIO Thomas Bach a quitté la capitale dimanche en fin d'après-midi au terme d'une visite "impressionnante et émouvante" au coeur d'une candidature olympique de Paris aux JO 2024 jugée "très forte".

François Hollande avec le président du CIO Thomas Bach à l'Elysée
François Hollande avec le président du CIO Thomas Bach à l'Elysée © AFP - Kamil Zihnioglu

Certes, le patron de l'institution olympique se devait de décerner ses félicitations aux promoteurs de la candidature après avoir loué ses rivales, Budapest et Los Angeles, lors de voyages similaires l'hiver dernier.

Le satisfecit de Thomas Bach était donc plus qu'attendu. Il n'empêche: les 24 heures chrono passées au contact intensif de Bernard Lapasset et Tony Estanguet, co-présidents de Paris-2024, Anne Hidalgo, maire de la ville et ponctuées par une réception en chef d'Etat à l'Elysée, par François Hollande, marqueront un tournant dans la chronologie de la candidature parisienne.

Paris colle à tous les points de l'Agenda 2020

"Paris-2024 touche tous les points de l'Agenda 2020 : la durabilité, l'engagement social, le rôle central des athlètes", a-t-il félicité l'équipe parisienne, évoquant les réformes instaurées fin 2013 pour rendre les Jeux moins dispendieux. La visite de Thomas Bach n'aura pas une incidence directe sur le choix du CIO, le 13 septembre 2017 à Lima. Comme il l'a rappelé, le président ne vote pas "mais visite les candidates pour avoir une impression, parce que je vais travailler étroitement avec une des trois villes à partir de septembre prochain".

Même s'il ne le dit pas, le chef des électeurs aura également en interne une forte influence sur ses membres, notamment les plus indécis. Sa ville coup de coeur aura un net avantage sur ses deux rivales. Et Paris, c'est une évidence, l'a séduit...

  - Aucun(e)
-

avec AFP