Société

JO 2024 : Paris opposée à quatre autres candidatures pour le sprint final

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris et France Bleu mercredi 16 septembre 2015 à 13:27

Après l'échec de 2012, Paris aura-t-elle enfin les Jeux de 2024?
Après l'échec de 2012, Paris aura-t-elle enfin les Jeux de 2024? © Radio France

Elles sont finalement cinq villes à se lancer dans la course aux Jeux Olympiques de 2024. Paris va affronter Rome, Budapest, Hambourg et Los Angeles. Le nom de la grande gagnante sera dévoilée en septembre 2017. Paris et la région Ile-de-France vont débourser 10 millions d'euros pour la candidature.

C'est parti pour un sprint au long cours. Paris a deux ans pour faire la différence et décrocher les Jeux Olympiques de 2024 face à Los Angeles, Rome, Hambourg et Budapest. Cinq villes et pas une de plus, Bakou et Toronto ayant finalement renoncé à se présenter, a annoncé ce mercredi le Comité International Olympique. La ville de Paris et la région Ile-de-France ont par ailleurs indiqué ce mercredi après-midi qu'elles allaient débourser chacune dix millions d'euros pour financer cette candidature, financements qui doivent être actés et votés lors du prochain conseil régional le 24 septembre et lors du Conseil de Paris, en novembre. Le coût de la candidature parisienne est estimée à 60 millions d'euros.

"Nous accueillons cinq villes exceptionnelles" a déclaré Thomas Bach, Président du CIO

Cinq villes qualifiées d'exceptionnelles par le président du CIO, Thomas Bach : "cinq villes aux qualités indéniables. Il ne s'agit pas de quantité mais de qualité dans cette compétition qui sera forte et fascinante" a-t-il ainsi précisé dans un communiqué publié quelques heures après la date limite pour faire acte de candidature. "Ce que nous voulons, c'est que les villes candidates démontrent que les Jeux Olympiques s'inscrivent dans une stratégie et une vision à long terme, et non le contraire". Mais la question est de savoir si Paris, bien sûr, a enfin des chances de l'emporter, après deux échecs retentissants pour les Jeux Olympiques de 2008 puis de 2012.

La candidature de Paris favorite?

Sur le papier, mais on a vu pour les Jeux de 2012 que cela n'assurait en rien un succès final, on va dire que Paris a aujourd'hui toutes ses chances et semble même bien placée pour l'emporter. On peut même affirmer qu'elle tient la tête des candidatures européennes. Pourquoi ? Rome, engluée dans des problèmes économiques, placée sous l'autorité du préfet après des scandales de corruption mêlant la Mafia, ne paraît pas en position idéale pour l'emporter.  Budapest et la Hongrie, en déficit très important d'infrastructures, semblent avoir un temps de retard surtout devant la volonté affichée par le CIO de limiter les dépenses des candidatures. Hambourg a un solide dossier mais pourrait toutefois pâtir de ne pas être la capitale allemande. Reste Los Angeles, le grand rival annoncé :  Los Angeles et son histoire avec les Jeux de 84 et le triomphe de Carl Lewis, les Etats-Unis, grand argentier de l'olympisme et qui n'a pas eu les Jeux depuis Atlanta 96. Paris a aujourd'hui pour elle de répondre à un critère déterminant mis en place par le CIO dans le cadre de l'Agenda-2020 : celui d'une candidature raisonnable, utilisant de nombreuses infrastructures déjà existantes. Autre atout qui pourrait faire la différence par rapport à l'échec de 2012 : le sport -et non le et les politiques- semble enfin au coeur du projet avec un comité de candidature emmené par Bernard Lapasset et Tony Estanguet

"Je rêve des Jeux", grande campagne de promotion lancée le 25 septembre

Paris, qui court après les Jeux depuis 1904, va également devoir convaincre les Français du bénéfice et de l'intérêt de se battre pour les Jeux Olympiques. Dans ce but, Paris 2024 et le Comité national olympique et sportif français lancent une grande campagne de communication et de promotion auprès du public le vendredi 25 septembre. Campagne baptisée "Je rêve des Jeux" où chacun pourra contribuer à sa manière à la candidature parisienne, en participant par exemple à des ventes aux enchères, en achetant un bracelet "Je rêve des jeux" créé par le handballeur du PSG Handball Luc Abalo.

Le calendrier

Ce n'est qu'en septembre 2017, à Lima, au Pérou, que le vote du CIO interviendra, au cours de la 130e session du Comité International Olympique.  D'ici là, les villes devront apporter des gages et des explications bien sûr sur l'évolution de leur candidature. Jusqu'en février 2016, les candidats doivent expliquer leur concept. Suivra jusqu'en octobre, une phase où il s'agira d'apporter des garanties financières mais aussi politiques pour la réalisation du projet. Enfin, dernière phase : Rome, Los Angeles, Hambourg, Budapest et Paris devront expliquer la mise en place de leur projet et son échéancier. Normalement, aucune ville n'abandonnera en route et les cinq candidats se retrouveront pour le grand oral final à Lima, en septembre 2017.