Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

JO 2024 : pour le président du Centre Val-de-Loire, Lamotte-Beuvron doit accueillir les épreuves d'équitation

François Bonneau écrit au président de la République pour demander que Lamotte-Beuvron devienne site équestre des Jeux olympiques 2024, et pas Versailles : le site du Loir-et-Cher est plus sobre sur le plan écologique et budgétaire, et moins bling-bling que Versailles explique en substance l'élu.

Épreuve d'équitation au parc équestre de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher)
Épreuve d'équitation au parc équestre de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) © Maxppp - Pierre Michel

Dans un courrier adressé au président de la République et au Premier ministre ce mardi, le président de la région Centre-Val de Loire, défend la candidature du parc équestre fédéral de Lamotte Beuvron (Loir-et-Cher) pour devenir le site équestre des épreuves des Jeux de 2024.  Et François Bonneau égratigne le château de Versailles, site envisagé à ce jour.

Le  château de Versailles, "non équipé et non dédié à la pratique de l’équitation", constitue "une carte postale luxueuse et éphémère" assène le président du Centre Val-de-Loire. 

Tandis qu'avec le parc équestre fédéral implanté à Lamotte-Beuvron, "développé avec ambition depuis 1994 par la Fédération Française d’Equitation (...), la France dispose d’un équipement tout indiqué pour devenir le site équestre des épreuves des Jeux de 2024. Site qui a reçu depuis vingt ans plus de 100 000 compétiteurs et qui nécessitera au grand maximum quinze millions d’investissements pour recevoir les épreuves hippiques des JO. »  

Pour François Bonneau, le site de Lamotte-Beuvron renvoie "une image de durabilité grâce à des équipements existants, et donc pérennes, une image de la France des territoires par ses paysages et son patrimoine naturel remarquable" et "permettrait de mettre à l’honneur les territoires ruraux".

Versailles menacé ?

Tony Estanguet, président du comité d'organisation des JO Paris 2024, a récemment expliqué, dans L'Equipe, qu'aucun site n'est intouchable, dans le cadre de la refonte de la maquette des sites olympiques qui est en cours afin de réduire les coûts suite à la crise sanitaire. De là à penser que le site versaillais est menacé, il n'y a qu'un pas que les élus locaux du Centre Val-de-Loire franchissent. Le maire de Lamotte-Beuvron a  ainsi récemment écrit au Premier ministre pour défendre la même position, insistant sur le fait que Versailles serait deux fois et demi plus cher que le site de Sologne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess