Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Joué-les-Tours : Les habitants de la Rabière veulent changer l'image de leur quartier

-
Par , France Bleu Touraine

Les habitants de la Rabière à Joué-les-Tours se mobilisent et veulent se faire entendre ! Ils ont constitué en novembre 2018 un collectif baptisé "Stop violences". Un nom évident pour les fondateurs de ce collectif car il est représentatif de la réalité de ce quartier.

L'une des banderoles déployées par le collectif Stop Violences créé par les habitants du quartier de la Rabière à Joué-les-Tours
L'une des banderoles déployées par le collectif Stop Violences créé par les habitants du quartier de la Rabière à Joué-les-Tours © Radio France - ©Marie-Ange Lescure

Joué-lès-Tours, France

Depuis la création de ce collectif, les fondateurs ont organisé une fois par mois des réunions avec les habitants du quartier : "au début, il y avait surtout des parents", explique Aziza l'une des fondatrices " et au fur et à mesure, les jeunes sont venus dire leurs maux avec des mots et nous, on a voulu comprendre". 

Mettre en parole toute la souffrance de ce quartier - Nora l'une des fondatrices du collectif 

"La goutte de trop, ça a été le nombre impressionnant de voitures qui ont brûlé, c'est une violence, certes" explique Aziza "mais ça exprime quelque chose que nous mêmes habitants de la Rabière on a pas compris !"

Ce mercredi 20 mars, des habitants du quartier de la Rabière sont venus exposer les paroles et les mots recueillis au cours de leurs débats sur des pancartes accrochées face à la mairie de Joué-les-Tours. Ces pancartes expriment à la fois les problèmes du quartier, mais aussi les espoirs de ceux qui les ont rédigées. 

Rassemblement devant la mairie de Joué-les-Tours du collectif Stop Violences dans le quartier de la Rabière  - Radio France
Rassemblement devant la mairie de Joué-les-Tours du collectif Stop Violences dans le quartier de la Rabière © Radio France - ©Marie-Ange Lescure

Un peu trop de répression pas assez de débat  

Ils souhaitent tous que leur quartier perde son image de "zone de non-droit". Nora vit à la Rabière depuis 1982, elle est l'une des fondatrices de ce collectif : "On parle de zone de non-droit, mais ce n'est pas ça ! Nos quartiers sont vivants ! Oui, il y a de la jeunesse qui en a marre, qui crie son mécontentement. Nous sommes des citoyens à part entière. Dans nos quartiers, il manque des subventions et on vit au jour le jour". 

Les fondateurs du collectif estiment qu'il n'y a pas assez de moyens, de subventions mis dans ce quartier. "Il manque aussi de structures qui puissent accueillir les jeunes plutôt que de les laisser dehors" explique encore Aziza. "Ils ne demandent pas grand-chose, ils veulent être considérés, qu'il y ait du dialogue, et tout ça permettra du mieux-vivre."