Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Jour de colère dans les maisons de retraite du Limousin : "tout le monde est au bout du rouleau"

lundi 29 janvier 2018 à 19:46 Par Jérôme Ostermann et Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Comme partout en France, les syndicats appellent à la grève ce mardi dans les maisons de retraite du Limousin. Des rassemblements sont notamment prévus à Limoges et à Tulle, pour dénoncer le manque de moyens, et les conséquences sur la prise en charge de nos aînés.

Les personnels des maisons de retraite n'en peuvent plus et vont le faire savoir ce mardi partout en France
Les personnels des maisons de retraite n'en peuvent plus et vont le faire savoir ce mardi partout en France © Maxppp - Nicolas Serve

Limoges, France

Le manque de moyens dans les maisons de retraite n'est pas un problème nouveau en France, mais la situation est de plus en plus tendue. Une intersyndicale appelle d'ailleurs à la grève ce mardi partout dans le pays et notamment en Limousin. Les syndicats dénoncent un manque criant de personnel et demandent "les moyens nécessaires à une prise en charge digne de nos aînés". A leurs yeux, les promesses du plan solidarité grand âge, n'ont pas du tout été respectées.

Tout le monde est au bout du rouleau. On se sent abandonné" - Véronique Pors, infirmière

En Haute-Vienne, la CFDT a mené une enquête sur une journée type la semaine dernière. Une sorte de photographie, de 7h à 7h, dans 23 établissements du département. Il en ressort que dans certains d'entre eux, le personnel a eu moins de 10 minutes (parfois seulement 7 !) par résident pour les soins du matin. Il apparaît également que dans 15% des situations, il y a des risques de glissement de tâche. Ou quand, par exemple, une aide soignante s'occupe d'une tâche dévolue aux infirmières. Ce qui n'est pas sans risque.

"C'est très grave" estime Véronique Pors, infirmière et en charge de cette question en Haute-Vienne pour la CFDT. Son témoignage sonne comme un appel à l'aide : "Tout le monde est au bout du rouleau. Pas seulement les soignants. Tous ceux qui font tourner les EHPAD. On se sent abandonné. On s'occupe quand de nous ? Dans les statistiques, on voit qu'il y a plus de TMS (troubles musculo-squelettiques) et d'arrêt de travail que dans le BTP. Ça n’interpelle plus personne. Du moment qu'on se tait, qu'on reste dans notre coin, qu'on fait notre boulot, ça va, donc tout le monde ferme les yeux."

Déjà bien de pouvoir donner une douche par semaine

Et que dire du nombre de douches ? Aujourd'hui, dans certaines maisons de retraite, c'est une fois toutes les trois semaines selon le syndicat. Quand il y en a une par semaine, cela paraît déjà bien vu le manque de personnel... Des conditions de travail qui attristent Martine Basellatto, aide-soignante dans un EHPAD de la Haute-Vienne : "On est soignant, on soigne les gens. On est là pour prendre soin d'eux. Mais on prend soin d'eux d'une manière qui ne correspond pas à nos valeurs. Et c'est ça qui nous rend le plus malheureux. S'occuper de nos aînés de cette manière, c'est démoralisant".

Et elle comprend aisément l'exigence des familles :"On n'est pas en adéquation avec l'attente des personnes qui payent 2000 euros par mois. Moi même je serais exigeante comme ils le sont. Moi aussi j'aimerais que ma mère ait une toilette faite tous les jours dans les règles de l'art, que le ménage soit fait tous les jours. Mais on fait ce qu'on peut avec les moyens qu'on nous donne. Toutes les catégories de personnel dans les EHPAD sont en souffrance.

"On oblige les personnels à maltraiter leur métier, ça c'est sûr", reconnaît David Penneroux, directeur des EHPAD de Châlus et Nexon et représentant des directrices et directeurs d'EHPAD en Haute-Vienne, association qui soutien le mouvement.  "Avec 15 à 20% de personnel en plus", estime-t-il, "on pourrait combler le déficit qu'on a depuis plusieurs années". Il était l'invité de France Bleu Limousin ce mardi matin.

Des rassemblements en Limousin, notamment à Limoges et Tulle

Une souffrance qui va s’exprimer ce mardi partout en France et notamment en Limousin. En Haute-Vienne, un rassemblement est prévu devant la préfecture de Limoges à 10h30 et devant l'Agence Régionale de Santé à 13h30. En Corrèze, à Tulle, une délégation sera reçue en préfecture à 11h00. Un rassemblement est aussi prévu devant la cathédrale entre 10h00 et 16h00. De nombreux agents, ne pouvant quitter leur poste, devraient aussi marquer le coup devant leur lieu de travail, notamment à Ussel.