Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Journée contre la peine de mort : un fils se bat pour la réhabilitation judiciaire de son père guillotiné

-
Par , France Bleu Paris

Depuis 2003, le 10 octobre est la journée mondiale contre la peine de mort.

Gérard Fesch
Gérard Fesch © Radio France - Déborah Grunwald

Paris, France

Aujourd’hui, 142 pays, soit plus de 2 tiers des pays du monde entier, ont aboli la peine de mort en droit ou en pratique.

La France, elle, a abolit la peine de mort en 1981 sous la présidence de François Mitterrand.

Cette semaine, dans Talent de vie, Déborah Grunwald reçoit Gérard Fesch. Son père a été condamné à mort pour le meurtre d’un policier lors d’un braquage qui a mal tourné. Jacques Fesch a été guillotiné le 1er octobre 1957.

Enfant de la DDASS, c’est à seulement 40 ans qu’il découvre qu’il est le fils d’un condamné à mort. Il pensait jusqu’alors être né de parents inconnus. Alors qu’il est toujours à la recherche de ses origines, une amie tombe sur un article de presse intitulé De l’échafaud à la grâce. Cette dernière fait tout de suite le lien entre Jacques Fesch et Gérard Fesch grâce à la photo.

Un passé qui refait surface

En prison, Jacques Fesch a une révélation et se tourne vers la religion.

Il est considéré, depuis sa mort, par certains catholiques et par l’Église comme un exemple de rédemption par la Foi, notamment après la publication de ses lettres écrites pendant son incarcération et réunies dans deux volumes, Lumière sur l'échafaud et Cellule 18

La rédemption

Le 21 septembre 1987, une instance en béatification est mise en place par l'archevêché de Paris afin d'étudier les faits relatifs à la vie et à la conversion de Jacques Fesch. 

Certaines guérisons pourraient lui être attribuées. Mais Gérard Fesch ne se sent pas concerné par ce combat. Pour lui, c’est un dossier qui doit être uniquement géré par l’Église.

Un assassin en passe de devenir un Saint

L’un des premiers combats de Gérard Fesch a été de récupérer son nom, le nom d’un meurtrier. C’était l’une des dernières volontés de son père. Il a réussi à obtenir gain de cause après 11 ans de démarches.

Il y a 3 ans, Gérard Fesch a entamé une procédure pour obtenir la réhabilitation judiciaire de son père.

Les batailles de Gérard fesch

Gérard Fesch raconte son histoire dans un livre, Gérard Fesch, fils d'assassin, fils de saint, préfacé par Maître Eric Dupont Moretti.

Choix de la station

France Bleu