Infos

Journée de colère des pompiers gardois

Par Fanny Bouvard, France Bleu Gard Lozère jeudi 29 septembre 2016 à 19:18

Les pompiers gardois mobilisés devant le conseil départemental ce jeudi
Les pompiers gardois mobilisés devant le conseil départemental ce jeudi © Radio France - Fanny Bouvard

Les pompiers gardois voient rouge. Plus de 150 d'entre eux, en grève, ont défilé ce jeudi dans les rues de Nîmes avant d'occuper pendant quatre heures le hall du conseil départemental du Gard. Denis Bouad leur a promis des embauches et le maintien de leur budget pour 2017.

Les pneus brûlent et les pétards fusent devant le conseil départemental ce jeudi matin, à Nîmes. Plus de 150 pompiers sont venus de toutes les casernes du Gard pour faire entendre leur colère. "Depuis des mois, on demande des embauches et surtout une hausse de notre budget", explique Mickaël Paul, sapeur-pompier professionnel à Villeneuve-lès-Avignon. "Mais on ne nous entend pas".

Les grilles du conseil départemental habillées par les pompiers - Radio France
Les grilles du conseil départemental habillées par les pompiers © Radio France - Fanny Bouvard

Plus de 55 000 interventions en 2015, mais 21 postes en moins en cinq ans

Le constat est clair pour les syndicats. "Le nombre d'interventions augmente sans cesse, détaille Patrice Cartagena, représentant SUD à la caserne de Nîmes. C'est 14% de plus en un an. Par contre notre budget baisse et on attend les recrutements." Huit représentants ont été reçus dans la matinée par Denis Bouad, le président PS du département. Mais cette première négociation n'a pas porté ses fruits. Les pompiers présents ont donc investi le hall du conseil départemental.

Les pompiers dans le hall du conseil départemental - Radio France
Les pompiers dans le hall du conseil départemental © Radio France - Fanny Bouvard

Une journée d'occupation et des engagements de Denis Bouad

A la mi-journée, Denis Bouad est descendu pour leur faire des annonces. "Il y aura neuf embauches qui se feront d'ici le 31 décembre 2016, s'est engagé le président PS du département. Nous allons discuter des 16 qui restent. Et pour ce qui est du budget, les sapeurs-pompiers auront 42 millions d'euros comme ils ont eu en 2015".

Des promesses que les soldats du feu auraient aimé voir signées de la main de Denis Bouad. Après quatre heures d'attente, ils sont repartis sans signature mais avec la promesse d'un rendez-vous. "Il a fallu faire le forceps pour avoir des réponses et au final personne n'est descendu pour nous dire qu'il fallait prendre un autre rendez-vous, explique Patrice Cartagena. On nous méprise."

Reportage : "On en a marre des réunions, faut agir!"

La grève se poursuit donc jusqu'à nouvel ordre. "Tant que rien n'est signé, nous restons mobilisés et cela risque de se propager largement dans toutes les casernes du Gard", pour Patrice Cartagena. Pour autant les pompiers peuvent être réquisitionnés par le préfet.

Partager sur :