Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Journée de commémoration de la traite négrière : la statue d'une ancienne esclave installée à Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Au 18ème siècle, Modeste Testas a été achetée par deux frères bordelais, et déportée à Saint-Domingue. Une statue à son effigie est inaugurée ce vendredi quai Louis XVIII, pour commémorer le passé négrier de Bordeaux et l'abolition de l'esclavage.

La statue, en bronze, a été réalisée par un jeune artiste haïtien, Filipo.
La statue, en bronze, a été réalisée par un jeune artiste haïtien, Filipo. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Bordeaux, France

Elle a le menton fièrement levé et le regard tournée vers l'estuaire : la statue de Modeste Testas est inaugurée ce vendredi quai Louix XVIII à Bordeaux, face à la Bourse maritime. Une orientation symbolique : l'estuaire, c'est là d'où partaient les bateaux négriers en direction des Antilles entre la fin du 17ème siècle et le début du 19ème siècle. A cette époque, Bordeaux est le premier port colonial pour le commerce en droiture et le troisième pour la traite négrière. 150 000 esclaves ont été déportés.

Bordeaux face à son passé

Modeste Testas était une jeune Éthiopienne, capturée, vendue et achetée par deux frères bordelais au 18ème siècle, Pierre et François Testas. Elle est déportée à Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti), sur la propriété de François Testas, qui a une plantation de canne à sucre et de coton. Son frère vendait dans sa maison de négoce à Bordeaux le produit de cette propriété esclavagiste. "Pendant plus de dix ans, elle est à la fois l'esclave et l'esclave sexuelle de son maître Testas" explique Carole Lemee, anthropologue, chercheuse associée au laboratoire CNRS Passage, enseignante à l'université de Bordeaux. "Son maître, sur son lit de mort, a décidé de l'affranchir. Elle a eu des enfants, l'un de ses petits-fils a été président d'Haïti."

Qui était Modeste Testas ? Carole Lemee, anthropologue à l'université de Bordeaux

Carole Lemee, anthropologue, a travaillé avec Lorraine Manuel Steed, la descendante de Modeste Testas, pour reconstituer son histoire. - Radio France
Carole Lemee, anthropologue, a travaillé avec Lorraine Manuel Steed, la descendante de Modeste Testas, pour reconstituer son histoire. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

"Cette statue symbolise le fait que Bordeaux assume son passé, appuie Marik Fetouh, adjoint au maire en charge de l'égalité et la citoyenneté. Mais il ne s'agit pas d'un travail de mémoire culpabilisant uniquement tourné vers le passé. C'est plutôt ce que Paul Ricoeur appelait la juste mémoire : un travail de réconciliation qui permet de construire ensemble aujourd'hui une société plus juste et plus équitable."

Modeste Testas, symbole de tous les esclaves d'hier et d'aujourd'hui

L'une des descendantes de Modeste Testas, Lorraine Manuel Steed, a fait le chemin depuis Haïti pour l'inauguration. Pendant treize ans, elle a fouillé les archives de sa famille pour reconstituer son histoire. Six générations après, à 58 ans, elle est très émue de voir son aïeule devant la Bourse maritime de Bordeaux : "Il ne faut pas oublier ce qui s'est passé, le lien à l'époque entre Bordeaux et Saint-Domingue, Haïti, est douloureux. Elle a été arrachée à sa famille très jeune, elle est arrivée à Saint-Domingue à seize ans, on lui a changé son nom, elle n'a pu jamais revu sa famille. On est là pour honorer sa mémoire mais aussi celle de tous ceux qui ont connu l'esclavage et qui le connaissent encore aujourd'hui."

En bronze, la statue a été réalisé par un jeune artiste haïtien en formation à Mérignac. - Radio France
En bronze, la statue a été réalisé par un jeune artiste haïtien en formation à Mérignac. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

En bronze, la statue a été réalisée par un jeune artiste haïtien, en formation à la fonderie des cyclopes pendant trois mois à Mérignac. Filipo, 26 ans, se dit fier de contribuer artistiquement à ce travail de mémoire : "Cette histoire me parle car je suis descendant d'esclaves, il ne faut pas oublier qu'Haïti était la première république nègre indépendante. Cette statue, c'est mon histoire."

Choix de la station

France Bleu