Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Journée de grève : au moins 2.300 manifestants dans les rues de Lille

-
Par , France Bleu Nord

Selon la préfecture du Nord, au moins 2.300 personnes sont descendues dans la rue mardi après-midi, à Lille, pour protester contre la politique d'Emmanuel Macron. Une majorité de syndicats, et aussi de nombreux gilets jaunes, main dans la main.

Syndicats et gilets jaunes ont manifesté main dans la main dans le centre de Lille.
Syndicats et gilets jaunes ont manifesté main dans la main dans le centre de Lille. © Radio France - Hélène Fromenty

Des milliers de personnes sont descendues dans la rue mardi, partout en France pour une journée de mobilisation interprofessionnelle, à l'appel de plusieurs syndicats. Une mobilisation à laquelle se sont greffés de nombreux gilets jaunes, et quelques partis politiques.  A Lille, ils étaient au moins 2300 selon la préfecture, venus protester contre la politique du gouvernement.  

Un cortège multicolore : des drapeaux rouges, des banderoles violettes ou vertes et donc pas mal de gilets jaunes. Un bain de couleur qui fait plaisir à Sophie, syndiquée chez SUD. "J'ai toujours été pour la convergence des luttes. Il y a un ras-le-bol commun, donc je trouve ça bien !"

La CGT semblait majoritaire dans la manifestation lilloise. Selon Sébastien, militant à Hellemmes, le syndicat a "peut-être été un peu long à la détente" mais il fallait être solidaires avec les gilets jaunes. "On a beaucoup de revendications en commun, notamment sur le pouvoir d'achat et la hausse du SMIC, donc ça me paraissait évident de venir et je suis très content d'être là."

Conserver l'identité des gilets jaunes

Alors, certes, il y a des divergences, mais "qu'importe" confie Corinne, badge de la France Insoumise sur la poitrine. "On n'est pas obligés d'aimer tout le monde, ni de partager toutes les idées, mais la solidarité vient au dessus. A moins d'être multimillionnaire, on est tous concernés."

Des dizaines de gilets jaunes se sont greffés à la manifestation lilloise.
Des dizaines de gilets jaunes se sont greffés à la manifestation lilloise. © Radio France - Hélène Fromenty

De leur côté, les gilets jaunes se réjouissent de cette union qui, espèrent-ils, donnera un nouveau souffle à leurs combats. Mais attention à ne perdre pas l'identité du mouvement. "Je ne suis pas contre ce front commun, mais je pense que les gilets jaunes doivent conserver leurs caractéristiques, apolitique et détachés des structures syndicales."

Serge lui est cégétiste de la première heure et gilets jaune depuis novembre. Alors ne lui demandez pas de choisir son camps. "Il faut arrêter avec ça ! Le plus important c'est que l'ont soient nombreux dans les rues. J'ai presque 78 ans, et je n'ai jamais connu un gouvernement pareil. J'espère qu'on arrivera à le faire reculer. Et pourquoi pas grâce à la grève générale ?"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu