Faits divers – Justice

Mort de Rémi Fraisse : journée de manifestations ce mercredi à Toulouse, deux ans après

Par Vanessa Marguet, France Bleu Toulouse mardi 25 octobre 2016 à 20:15

Premier rassemblement d'hommage à Toulouse quelques jours après la mort de Rémi Fraysse
Premier rassemblement d'hommage à Toulouse quelques jours après la mort de Rémi Fraysse © Radio France - Jean-Marc Perez

Deux ans jour pour jour après la mort de Rémi Fraisse sur la ZAD de Sivens, deux manifestations sont prévues ce mercredi à Toulouse, la plus organisée est prévue à 18h30 à l'appel du Collectif ZAD 31, mais le tracé est en discussion avec la préfecture.

Cela fait 2 ans que Rémi Fraisse est mort sur le site du barrage de Sivens, dans le Tarn, tué par la grenade offensive tirée par un gendarme mobile dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014. Deux manifestations distinctes sont prévues ce mercredi à Toulouse pour rendre hommage à ce jeune botaniste et militant écologiste originaire de Plaisance du Touch près de Toulouse.

Deux manifestations prévues

La première mobilisation est assez informelle, juste relayée par les réseaux sociaux et doit partir à 16h30 sous l'arche Marengo. Les participants sont appelés à s'habiller de noir. Cette manifestation est celle qui inquiète le plus les policiers, car elle n'est pas déclarée et s'annonce peu encadrée.

Les choses sont différentes pour la deuxième manifestation, à 18h30. Le Collectif Zad 31 a lancé l’appel et a été rejoint par le Collectif Testet et différentes associations, syndicats et partis politiques comme Nuit Debout ou encore le NPA. Le rendez-vous était initialement prévu à François Verdier, au niveau du monument aux morts, direction le Capitole, mais il y a eu un raté dans la déclaration en préfecture et le tracé était encore en discussion ce mardi soir.

Le Collectif Zad 31 compte en tous cas en faire un rassemblement "apaisé mais déterminé". Bettina qui est membre du collectif explique : "On va déposer des textes, des fleurs en hommage à Rémi Fraisse et on appelle à être apaisé même si c’est dur de l’être après ce crime".

Bettina veut aussi profiter de ce rendez-vous pour crier haut et fort le fait que la justice a fini par donner raison aux opposants du barrage de Sivens. Le tribunal administratif de Toulouse a en effet annulé 3 arrêtés préfectoraux le 30 juin dernier, dont la déclaration d'utilité publique du barrage

La crainte d'un non lieu

La justice en revanche n’a pas terminé son travail sur le plan pénal, sur la mort de Rémi Fraisse. L’instruction est toujours en cours et personne n’a été mis en examen. Le gendarme mobile qui a lancé la grenade offensive a été placé sous le statut de témoin assisté par les juges d’instruction en mars 2016 et ne sera donc pas renvoyé devant un tribunal.

Les choses traînent en longueur et Claire Dujardin, l'une des avocates de la famille de Rémi Fraisse, est un peu découragée. Elle estime que l’instruction piétine et a l'impression d'aller vers un non-lieu.

Je crois que malheureusement, comme dans beaucoup de dossiers qui mettent en cause soit la police soit les gendarmes, c’est difficile d’aboutir à des condamnations.

"Je crains que ce ne soit difficile d'aboutir à des condamnations" maître Claire Dujardin avocate

L’avocate ne compte pas baisser les bras pour autant et se dit prête à saisir s'il le faut la Cour Européenne des Droits de l’homme.

La sculpture en hommage à Rémi Fraisse sur le site de Sivens - Aucun(e)
La sculpture en hommage à Rémi Fraisse sur le site de Sivens - marine vlahovic

Partager sur :