Société

Journée des droits des femmes : en Dordogne, la gendarmerie se fémininise

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord vendredi 6 mars 2015 à 21:40

gendarme Claire Moquet
gendarme Claire Moquet © Radio France - Benjamin Fontaine

Ce dimanche 8 mars on célèbre la journée internationale des droits des femmes. Cette année encore, l'accent est mis sur la mixité dans les entreprises. Chez les gendarmes, la féminisation est en cours.

La bataille pour la féminisation des postes à responsabilité dans les entreprises est un combat qui n'est pas encore gagné. Aujourd'hui, un peu plus d'un cadre dirigeant sur cinq est une femme , mais l'État semble décidé à montrer l'exemple. Dans la gendarmerie, la féminisation est en cours. En Dordogne, 144 femmes sont engagées chez les gendarmes. Elles représentent 16 % des effectifs.

À Sarlat, Bergerac et Mussidan, c'est d'ailleurs une femme qui commande la communauté de brigade . Claire Moquet a 28 ans, titulaire d'une maîtrise de droit et d'une licence d'histoire est en poste depuis sept mois à Bergerac. "Je ne me suis pas posée la question de savoir si les personnes que je dirige sont des femmes ou des hommes. Ce sont avant tout des militaires" , explique la lieutenante qui affirme avoir fait ce métier pour "servir la population et travailler dans le domaine de la justice" .

Journée femme gendarme / SON

Passée par l'école des officiers de gendarmerie, Claire Moquet a directement accédé à ce poste à responsabilités. Elle a aujourd'hui 24 militaires dont cinq femmes sous sa coupe . "C'est un milieu masculin, mais nous les femmes avons des qualités d'écoute et d'autorité qui sont tout aussi dévéloppées, voire plus, que celles de nos collègues hommes. Nous sommes formés comme eux aux interventions."

À peine arrivée dans le métier, la jeune lieutenante envisage déjà de gravir les échellons : "Si je décide d'avoir un enfant, je sais que ça ne sera pas un obstacle. Aujourd'hui, la gendarmerie a évolué et tomber enceinte n'est pas un problème." *** Quant à la question de savoir si l'ont peut rester féminine tout en portant un uniforme à longueur de journées, Claire Moquet répond avec ironie : "la preuve...j'ai des boucles d'oreilles ! "*

Journée femme gendarme / ENRO

Partager sur :