Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Journée des droits des femmes : Myriam Arouinet travaille comme soudeuse, une vraie passion

mardi 7 mars 2017 à 23:37 Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu Sud Lorraine

Myriam Arouinet est soudeuse depuis cinq ans. Elle habite dans les Vosges et c'est une vraie passion pour elle. Ce qu'elle regrette seulement, c'est l'inégalité de salaire avec ses collègues hommes. Pour combattre cela, elle se met à son compte, comme auto-entrepreneur.

Illustration soudure
Illustration soudure © Maxppp - Bruno Campels

Alsace, France

A l'occasion de la journée internationale des droits de la femme, ce 8 mars, nous vous proposons un portrait de Myriam Arouinet, qui exerce la profession de soudeuse, où il a très peu de femmes. Un travail que Myriam exerce depuis cinq ans. Une vraie passion pour elle. Elle nous raconte son quotidien, ponctué de d'inégalités de salaires entre hommes et femmes et d'histoires plus rigolotes.

Sachant que selon une enquête de l'INSEE dévoilée ce mercredi matin, la région Grand Est est la 2e région de France dans laquelle les inégalités sur la fiche de paie sont les plus élevées. Les femmes entre 30 et 65 ans gagnent en moyenne 28% de moins que les hommes dans notre région.

LIRE AUSSI : Salaires, éducation, espérance de vie : les écarts entre hommes et femmes varient selon les régions

Quand je travaillais, je me suis aperçu que je gagnais deux fois moins que les hommes": Myriam Arouinet

C'est à 20 ans que Myriam a fait ses débuts dans la soudure. C'est son voisin qui lui a donné le virus. "Je réparais des châssis de voitures et ça a toujours été le discours, on va pas te payer plus par ce que tu es une femme," souligne cette mère de famille. L'année dernière quand elle a repris cette activité, après une longue pause, c'était la même chose. En comparant ses bulletins de salaire avec ses collègues, elle s'aperçoit qu'elle est payée deux fois moins et en plus, elle ne bénéficie pas de frais de déplacement.

Myriam dans son atelier à la maison  - Aucun(e)
Myriam dans son atelier à la maison - DR

"C'était toujours le même discours, vingt ans après" déplore Myriam Arouinet. Du coup, pour lutter contre ces inégalités salariales, Myriam a décidé de se mettre à son compte en tant qu'auto-entrepreneur. Elle va s'installer dans les semaines qui viennent, à Lubine, dans les Vosges.

Myriam parle des inégalités hommes/femmes dans son métier de soudeuse

Quand un camionneur s'est aperçu que j'étais une femme, une fois mon masque de soudure retiré, il était vraiment surpris"

Malgré ces inégalités de salaire, Myriam garde la foi en ce métier. C'est une vraie passion pour elle. Elle garde en souvenirs aussi cette anecdote avec un chauffeur routier qui l'interpelle, alors qu'elle est sous son masque de soudure : " Alors tu viens décharger ? Quand j'ai enlevé mon masque, il était vraiment surpris, il avait la mâchoire qui tombait," confie cette femme pleine d'énergie.

Quand un camionneur décrouvre que Myriam est une femme sous son masque de soudure