Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Journée des droits des femmes: portrait d'Anita Bonnard, patronne du site d'ArcelorMittal Florange

mercredi 8 mars 2017 à 5:00 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord

France Bleu Lorraine est allé à la rencontre d'une femme de pouvoir en Moselle, pour la journée internationale des droits des femmes, alors qu'un "plafond de verre" bloque l'accès des femmes aux postes à responsabilité. Directrice d'ArcelorMittal Florange Anita Bonnard dirige plus de 2.000 salariés.

Anita Bonnard est depuis 10 ans la chef d'établissement du site ArcelorMittal à Florange
Anita Bonnard est depuis 10 ans la chef d'établissement du site ArcelorMittal à Florange

Florange, France

C'est ce mercredi 8 mars la journée internationale des droits des femmes. Les femmes qui se battent notamment pour plus d'égalité au travail, sur les salaires, mais aussi sur les carrières. Il existe encore un "plafond de verre" qui les bloque pour accéder à des postes à responsabilité: manque de confiance de leur hiérarchie et souvent aussi auto-censure. Selon plusieurs études, on trouve seulement un quart de femmes aux postes à responsabilité en France. France Bleu Lorraine est justement allé à la rencontre d'une "femme de pouvoir" en Lorraine: c'est la patronne du site d'ArcelorMittal Florange.

Anita Bonnard, lunettes rondes et chaussures plates, s'est forgé une conscience féministe dès ses études d'ingénieur quand l'un de ses professeurs affirmait que les femmes ne seraient jamais bonnes en mécanique parce qu'elles n'avaient pas joué au mécano enfant:"Il avait cette vision là complètement déformée. Donc en fait, je trouve que ça donne du peps, ça donne envie de lui démontrer l'inverse. Et cette énergie-là, je pense qu'elle m'a aidé". Au début de sa carrière, elle privilégie un poste avec moins de pression pour pouvoir élever ses enfants. C'est il y a 10 ans qu'elle accepte de devenir l'une des rares femmes chefs d'établissement du groupe sidérurgique en Europe: "C'est un choix qui m'a été possible parce que mes enfants étaient grands. C'est là où effectivement, on peut voir une différence entre un homme et une femme".

Ma première entrée dans un comité de direction n'a pas été simple, vous devez démontrer que vous êtes capable entre guillemets d'en avoir!"

Au final, être une femme est même un atout assure en souriant Anita Bonnard face à ses 2.300 employés, en grande majorité des hommes:"Dans les conflits, on voit clairement qu'entre hommes, il peut y avoir un langage pas très fleuri. Avec une femme, il y aura beaucoup plus de respect. "C'est plutôt, ajoute-t-elle, face aux autres cadres du groupe, qu'elle a du s'affirmer: "Ma 1er entrée dans un comité de direction n'a pas été simple. Il a fallu que je trouve ma place par rapport à mes pairs. Vous devez démontrer que vous êtes capable entre guillemets d'en avoir, quoi!" En tant que femme, Anita Bonnard revendique d'ailleurs une façon différente de diriger. Son regret, c'est que les femmes soient toujours obligées de démontrer, plus qu'un homme, qu'elles sont à leur place .

Sur les salaires, le groupe ArcelorMittal a signé un accord égalité hommes-femmes pour garantir l'égalité de traitement dans l'entreprise. Dans le cadre de la journée internationale du droit des femmes, le collectif "Osez le féminisme" organise un rassemblement ce mercredi après-midi à 15h40 place de la République à Metz, à la colonne Merten. 15h40, c'est l'heure à laquelle les femmes seraient cessées arrêter de travailler puisqu'elle sont payées en moyenne 25% de moins qu'un homme.

LIRE AUSSI : Présidentielle - Quelles sont vos propositions pour améliorer l'égalité hommes-femmes ?