Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Journée justice morte à Besançon: une soixantaine d'avocats manifestent devant le palais de justice

mercredi 21 mars 2018 à 15:28 Par Christophe Mey et Dimitri Imbert, France Bleu Besançon

Comme dans de nombreuses villes françaises, une soixantaine d'avocats du barreau de Besançon ont manifesté ce mercredi matin leur opposition au projet de loi de programmation de la justice annonçé par la garde des Sceaux Nicole Belloubet.

Une soixantaine d'avocats ont manifesté devant le palais de justice de Besançon
Une soixantaine d'avocats ont manifesté devant le palais de justice de Besançon © Radio France - Dimitri Imbert

Besançon, France

Journée justice morte à Besançon comme un peu partout en France. Devant le palais de justice, une soixantaine d'avocats en robe ont manifesté ce mercredi matin.  Ils ont sollicité le report de toutes les audiences, que ce soit au tribunal de grande instance, au tribunal de commerce ou à la cour d'appel.  Le bâtonnier de l'ordre des avocats de Besançon, Maître Christophe Carré, va également cesser toutes les désignations d'office,  notamment concernant les gardes à vue et les droits des étrangers,  jusqu'au 1er avril. 

Les avocats dénoncent les mesures annoncées par la Garde des Sceaux  Nicole Belloubet dans le cadre de la réforme de la justice,  qui promet selon eux une justice au rabais et éloignée des justiciables, uniquement dictée par des considérations d'économie. 

Dans son appel à la mobilisation daté du 17 mars, le Conseil National des Barreaux réaffirme son opposition au projet de loi de programmation de la justice 2018-2022, et "exige du gouvernement d'être immédiatement associé à la rédaction des projets d'ordonnances et de décrets". Selon les avocats, plusieurs dispositions du texte signent un recul significatif de la place de la victime dans la procédure pénale. Une nouvelle journée de manifestation avec cette fois les magistrats et les greffiers, est prévue le 30 mars.