Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Journée mondiale de la contraception : les jeunes peu ou mal informés

-
Par , France Bleu Picardie

C'est la journée mondiale de la contraception ce mercredi 26 septembre. L'occasion surtout de sensibiliser les jeunes, alors que les organismes de santé estiment qu'un quart d'entre eux ont leur première relation sexuelle sans contraception.

26 septembre, journée mondiale de la contraception (illustration)
26 septembre, journée mondiale de la contraception (illustration) © Maxppp - Christophe Gateau

C'est la journée mondiale de la contraception ce mercredi 26 septembre. L'occasion surtout de sensibiliser les jeunes, alors que les organismes de santé estiment qu'un quart d'entre des jeunes ont leur première relation sexuelle sans contraception. À Amiens, l'une des antennes du numéro vert « Sexualités, Contraception, IVG » répond à leurs questions.

Numéro vert « Sexualités, Contraception, IVG »

Anonyme et gratuit : 0 800 08 11 11

Créé il y a trois ans jour pour jour, le numéro vert (gratuit et anonyme) « Sexualités, Contraception, IVG » reçoit majoritairement des appels d'adolescents. À Amiens, l'une des écoutantes de la plateforme téléphonique regrette le manque d'information à destination des jeunes, surtout de la part des parents. 

C'est important d'expliquer à ses enfants qu'il y a des moyens de contraception. Il devrait y avoir plus d'information, et plus tôt. À partir de la 6ème, les sensibiliser, leur expliquer à quoi ça sert"

Sans cette information, la spécialiste explique que les jeunes cherchent des réponses sur internet. "Ils trouvent tout et n'importe quoi. Certaines adolescentes m'appellent et pensent que la pilule protège des maladies sexuellement transmissibles par exemple."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu