Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Journée mondiale de la générosité : les Français donnent moins

mardi 27 novembre 2018 à 8:24 Par Pierre Emparan, France Bleu

Le Giving Tuesday débarque en France ! Ce "mardi je donne" né a New York est devenu la journée mondiale de la générosité. Elle est marquée en France par une baisse des dons de 6% au premier semestre.

Le « Giving tuesday » arrive en France.
Le « Giving tuesday » arrive en France. © Maxppp -

Alors qu’on célèbre ce mardi le "Giving Tuesday", la Journée mondiale de la générosité, les Restos du cœur qui lancent, ce mardi, leur 34é campagne d’hiver s’inquiètent de la baisse des dons. Selon une étude de France Générosité (qui fédère 97 associations et fondations) citée par le Parisien/Aujourd'hui en France cette baisse est de 6% au premier semestre.

L'impact de la hausse de la CSG et la suppression de l'ISF

De nombreuses lettres rédigées par des petits retraités arrivent aux Restos du cœur. Ces courriers invoquent la hausse de la CSG pour se justifier "Je suis au regret d’interrompre mon don" indique ce donateur habituel cité par le Parisien/Aujourd'hui en France.  

A la Fondation Abbé Pierre dont les ressources dépendent à « 98 % » des coups de pouce du public, les dons ont été rabotés de « 5-6 % » en un an. La générosité avait jusque-là échappé à la crise.

Autre explication de la baisse des dons, ce sont les fins de mois de plus en plus difficiles des foyers modestes et à l'inverse la suppression de l'ISF qui dissuade les plus aisés à donner.

Le prélèvement à la source permettra toujours de déduire ses dons

L'arrivée du prélèvement à la source crée une incertitude. Les potentiels donateurs se demandent s'ils pourront toujours déduire leurs dons des impôts. En réalité, "rien n’a changé et rien ne va changer" martèle Pierre Siquier dans le Parisien/Aujourd'hui en France. Le président de France Générosités, syndicat des associations et fondations, estime que la pédagogie autour de l’arrivée du prélèvement à la source n’a pas été assez faite par les pouvoirs publics et que cela s’en ressent sur les dons des Français.  

Pour les associations tout se joue d'ici Noël !

Toutes les associations, Restos du Cœur, Banque alimentaire, Fondation Abbé Pierre, Armée du salut etc. misent sur la période des fêtes de Noël pour inverser la tendance. 

Au Secours populaire, on demeure optimiste indique le Parisien/Aujourd'hui en France. Pour l’instant, la chute de 8 % du montant du don moyen est compensée par une hausse du nombre de chèques (+ 3,5 %) et de celui des dons par Internet (+ 30,5 %)  "_Le Français reste généreux à la hauteur de ses moyens. Il fait plus attention au montant qu’il donne mais il continue de donner_", remercie le directeur général Thierry Robert.

Malgré une baisse des donateurs, les dons en hausse

Autre note d'espoir selon le baromètre de la générosité de "Recherches et solidarité" publié par La Croix, les dons déclarés dans le cadre de l'impôt sur le revenu sont repartis à la hausse après avoir marqué le pas en 2016. Ils ont même dépassé pour la première fois la barre des 2,5 milliards d'euros. Le don moyen est passé de 472 euros en 2016 à 497 euros en 2017. Soit 5 % de plus en un an, et même de 23% depuis 2013. France Générosités rappel toutefois que la moitié des donateurs donnent moins de 50 euros par an.