Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour le gouvernement, la lutte contre la pauvreté passe par les enfants et les jeunes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

A l'occasion de la journée mondiale du refus de la misère, et alors que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ne cesse de croître, le président de la République a lancé ce mardi une nouvelle politique de lutte contre la pauvreté, qui ciblera l'enfance et la jeunesse en particulier.

Emmanuel Macron s'est rendu dans une crèche de Gennevilliers dans le cadre de la journée mondiale du refus de la misère.
Emmanuel Macron s'est rendu dans une crèche de Gennevilliers dans le cadre de la journée mondiale du refus de la misère. © AFP - Michel Euler

A l'occasion de la 30e journée mondiale du refus de la misère, ce 17 octobre, Emmanuel Macron lance une concertation sur une nouvelle politique de lutte contre la pauvreté, avec un objectif : "l'égalité des chances" pour les enfants, quel que soit leur milieu d'origine. Le chef de l'Etat veut cibler sa nouvelle politique de lutte contre la pauvreté sur l'enfance et la jeunesse. Il a réuni à l'Élysée les principales associations du secteur et a visité une crèche à Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine.

Le chef de l'Etat a lancé une concertation de six mois, avec "un focus particulier sur la pauvreté des enfants et des jeunes", a rappelé la ministre de la santé Agnès Buzyn. "C'est un grand moment de concertation et de co-construction dans un souci d'investissement social vis à vis de notre jeunesse", a-t-elle décrit. Rappelant que "neuf millions de personnes vivent en-dessous du seuil de pauvreté", la ministre a souligné que "la pauvreté a changé de visage, elle touche de plus en plus d'enfants, de familles, notamment monoparentales, et de plus en plus de jeunes". Cette concertationdoit aboutir au printemps prochain à une stratégie, avec entre-temps la nomination d'un délégué interministériel pour la piloter.

Il nous faut renouveler notre approche de la lutte contre la pauvreté et voir si nous pouvons éviter que les jeunes pauvres d'aujourd'hui ne deviennent les pauvres de demain" - Agnès Buzyn

Il s'agit de "favoriser l'égalité des chances", de favoriser "une approche préventive" de lutte contre la pauvreté et l'exclusion" et de mieux accompagner les personnes qui "essaient de sortir de la pauvreté", a précisé la ministre de la Santé.Cette "approche renouvelée" partira "d'initiatives locales" et sera "interministérielle", avec les politiques du logement, de l'éducation nationale, du travail et de la formation. Le gouvernement entend également poursuivre les efforts en faveur de l'"accès aux droits", a-t-elle précisé, alors que de nombreuses personnes ne demandent pas les prestations auxquelles elles sont éligibles.

Des manifestants contre la baisse des APL

Dans le cadre de cette journée, Emmanuel Macron a visité une crèche de Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine. Avant l'arrivée du chef de l'Etat, quelques dizaines de personnes s'étaient rassemblées devant la crèche "Les petits chaperons rouges", qui accueille une forte proportion d'enfants de familles défavorisées, pour protester notamment contre la baisse des APL, avant d'être repoussées par des CRS. Les représentants des associations reçus à l'Élysée ont salué, pour leur part, "une réunion positive". La plupart se sont cependant interrogés sur les moyens qui seront alloués à la politique de lutte contre la pauvreté.

Un enfant sur cinq sous le seuil de pauvreté

Aujourd'hui, avec 9 millions de personnes qui vivent avec moins de 1.000 euros par mois selon l'INSEE, le taux de pauvreté moyen en France est d'un peu plus de 14%, mais monte à 20% chez les jeunes : cela signifie qu'un enfant sur cinq, soit 3 millions d'enfants, vivent sous le seuil de pauvreté. Et la situation s'aggrave d'année en année : "Un million de personnes supplémentaires, dont 400.000 enfants, vivent sous le seuil de pauvreté depuis la crise de 2008", a déclaré ce mardi sur Franceinfo Florent Gueguen, directeur de la fédération des acteurs de la solidarité.

Les actions engagées sous le quinquennat Hollande poursuivies

Des actions engagées sous le précédent quinquennat, dans le cadre du plan 2013-2017 de lutte contre la pauvreté, seront poursuivies, a assuré Mme Buzyn, citant notamment "la garantie jeunes", dispositif d'accompagnement pour les 16-25 ans très éloignés de l'emploi. "Peut-être faudra-t-il encore l'améliorer, parce que c'était une mesure emblématique et très efficace".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess