Société

Journée mondiale pour le droit à l’avortement : les chiffres en Normandie

Par Kathleen Comte, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) mercredi 28 septembre 2016 à 5:00

Journée mondiale du droit à l'avortement ce mercredi.
Journée mondiale du droit à l'avortement ce mercredi. - Kathleen Comte

Ce mercredi est la journée mondiale du droit à l'avortement. Sur les 200 000 IVG pratiquées en France en 2015, 8 500 ont été réalisées en Normandie. Un sujet qui n'est certes plus tabou mais pour lequel les femmes doivent encore se battre.

Ce mercredi c'est la journée mondiale du droit à l'avortement. Depuis 1975 et la loi Veil, les femmes qui le souhaitent peuvent interrompre leur grossesse. Sur les 200 000 IVG pratiquées en France en 2015, 8 500 ont été réalisées en Normandie. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser cela ne concerne pas seulement les plus jeunes. Sarah Kherbouche-Saci, conseillère familiale et conjugale au Planning Familial de Rouen : "On entend souvent que beaucoup de mineurs interrompent leur grossesse ou ne prennent pas de contraception etc. C'est faux. Certaines ont recours à l'IVG oui, mais la proportion est beaucoup plus faible que les femmes majeures."

Préservatifs, pilules, patchs à coller, IVG chirurgicales ou médicamenteuses... les façons de se protéger et d'avorter ont évolué avec le temps. Mais même si le sujet n'est plus tabou, l'accès - lui - reste compliqué. Jeanne-Claire Yrlès, médecin généraliste à Rouen : "J'ai toujours l'impression que même si on rend les choses plus simples, c'est toujours un parcours du combattant pour les femmes. C'est pas quelque chose qui est acquis."

Aujourd'hui il est possible d'avorter en prenant une pilule prescrite par son médecin traitant. Mais même si le geste s'est banalisé, il n'enlève rien à l'importance de l'acte. Jeanne-Claire Yrlès : "Je n'ai jamais vu de jeunes filles venir le sourire jusqu'aux oreilles pour se faire avorter. Jamais. Il y a toujours des moments difficiles, c'est toujours douloureux, elles s'effondrent toutes."

Sur 1 000 femmes âgées de 15 à 49 ans, 12 ont eu recours à l'IVG en Normandie en 2015. En France l'IVG ne peut-être pratiqué que dans les 14 semaines qui suivent le premier jour des dernières règles.

Partager sur :