Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Journée du don d'organes : quelles sont les règles en France ?

-
Par , France Bleu

Tout le monde peut-il donner ses organes ? Quelles sont les démarches à entreprendre en cas de refus ? Comment se déroule l'intervention ? À l'occasion de la journée nationale du don d’organes, ce jeudi, France Bleu fait le point sur cette pratique.

La Journée nationale dédiée au don et à la greffe  d’organes a lieu chaque année le 22 juin depuis 15 ans.
La Journée nationale dédiée au don et à la greffe d’organes a lieu chaque année le 22 juin depuis 15 ans. © Maxppp - PH PAUCHET

La journée nationale du don d'organes a lieu chaque année le 22 juin depuis 15 ans. Si la date ne change pas, les conditions du don, en revanche, ont évolué. Depuis le 1er janvier 2017, tout le monde est désormais donneur par défaut. Est-il possible de s'y opposer ? Comment se déroule exactement un don d'organes ? France Bleu vous éclaire sur le sujet.

Comment refuser d'être donneur ?

Il faut s'inscrire sur le Registre National des Refus. Cela est possible dès 13 ans. Pour ce faire, il faut remplir un formulaire, disponible auprès de l'agence de biomédecine, ou téléchargeable sur www.dondorganes.fr. Une fois inscrit, tout prélèvement d'organe sera impossible. L'inscription n'est pas définitive, il suffit d' informer l'agence de biomédecine en cas de changement d'avis.

Le don d'organe, comment ça se passe ?

Lorsqu'une personne meurt, un certificat de décès est signé. L'équipe médicale doit alors veiller à préserver les organes et les tissus de la personne décédée en vue d'un éventuel prélèvement. C'est à ce moment que les médecins cherchent à connaitre la volonté du défunt en consultant le registre des refus. S'il n'y figure pas et que les proches n'ont pas connaissance d'une opposition au don, le prélèvement peut avoir lieu. Des analyses sont ensuite effectuées. Si les organes sont de bonne qualité et compatibles avec un receveur, un chirurgien peut alors les prélever. Ils sont ensuite conditionnés à quatre degrés pour être transportés rapidement, puis greffés au receveur potentiel.

Si le donneur potentiel est mineur, les deux parents (ou le tuteur) doivent donner leur accord écrit avant tout prélèvement.

Quelques chiffres sur le don d'organes

  • 22.617. C'est le nombre de personnes qui ont eu besoin d'une greffe en France en 2016 selon l'agence de biomédecine.
  • La même année, près de 34% des Français refusaient de donner leurs organes.
  • Pourtant, entre 2012 et 2015, le nombre de greffes d'organes a augmenté de 17%.
  • En 2015, près de 6.000 greffes ont pu être réalisées et près de 60.000 personnes vivaient avec une greffe.

LIRE AUSSI : Le CHU de Dijon s'investit pour soutenir le don d'organes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu