Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Journée sans tabac : "J'ai été opéré des artères il y a deux mois et ça ne m'empêche pas de fumer" témoigne un Sarthois

-
Par , France Bleu Maine

À l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, l'Organisation Mondiale de la Santé souhaite alerter une nouvelle fois sur les dangers du tabagisme. Alors que 78 000 Français meurent chaque année à cause du tabac, beaucoup de fumeurs manceaux ne suivront pas cette initiative.

Depuis 2016 1,6 million de fumeurs quotidiens ont arrêté le tabac en France
Depuis 2016 1,6 million de fumeurs quotidiens ont arrêté le tabac en France © Radio France - Nathanael Charbonnier

Sarthe, France

Arrêter de fumer au moins le temps d'une journée. C'est l'objectif de cette Journée mondiale sans tabac ce vendredi 31 mai à l'initiative de l'Organisation Mondiale de la Santé. Récemment, le gouvernement s'est félicité de la "baisse historique" du nombre de fumeurs quotidiens en France, moins 1,6 million depuis 2016

Malgré ces chiffres encourageant, certains fumeurs ne sont pas du tout prêts à passer le cap. Olivier qui a déjà quarante ans de tabagisme derrière lui fume "seulement une vingtaine de cigarettes par jour" et n'a pas prévu d'arrêter. Le Manceau a pourtant déjà eu une première alerte : _"j'ai été opéré des artères il y a deux mois et ça ne m'empêche pas de fumer_. J'ai arrêté le temps de ma convalescence puis j'ai repris. J'ai envie c'est tout, j'aime ça" ajoute Olivier qui réfléchira à arrêter si il est de nouveau malade. 

D'autres ont bien tenté mais sans succès, comme Alain. "J'ai tout essayé" se justifie presque le fumeur. "J'ai testé les patchs, le magnétiseur, le service d'addictologie à l'hôpital. Le pire ça a été l’acupuncteur puisqu'elle m'a dit "on ne vient jamais deux fois chez moi" et bien je suis descendu du cabinet et je me suis mis à fumer. Je me suis dit que je ne reviendrai pas" ajoute t-il. Il n'est pas le seul puisqu'un adulte sur quatre fume encore quotidiennement en France

Depuis l’année dernière, les patchs, pastilles, gommes, sprays sont tous r_e_mboursés comme n’importe quel médicament. Leur taux de prise en charge est de 65%, ce qui signifie que si vous disposez d’une mutuelle, leur prise en charge est complète. À l'inverse, le gouvernement souhaite augmenter de nouveau les prix et a pour objectif le paquet à 10 euros en 2020.

Responsable de cancers et de maladies cardiovasculaires, le tabac est la première cause de mortalité évitable en France et provoque quelque 78.000 décès par an (soit, en moyenne, plus de 200 par jour).