Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Journée spéciale - France Bleu soutient les enseignants et la liberté d’expression

Journée spéciale : France Bleu Hérault soutient les enseignants et la liberté d’expression ce lundi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault

La liberté d’expression n’est pas une option, même à l’école ! France Bleu Hérault rend hommage ce lundi 2 novembre à Samuel Paty, et soutient tous les enseignants de France ainsi qu’une valeur fondamentale de la République : la liberté d‘expression !

Un hommage à Samuel Paty sera rendu dans toutes les écoles ce lundi, avec une minute de silence
Un hommage à Samuel Paty sera rendu dans toutes les écoles ce lundi, avec une minute de silence © Maxppp - Bruno Levesque

Ce lundi 2 novembre, jour de la rentrée scolaire après les vacances de la Toussaint, France Bleu Hérault bouleverse son antenne pour la dédier aux enseignants et à une valeur fondamentale de la République : la liberté d’expression.

France Bleu Hérault est allé à la rencontre de Maïténa, Ana, Fanny, Luna, Arsène, Camille, et Eloi tous en classe de troisième au collège des Salins à Villeneuve les Maguelone. 

Comment ont-ils vécu l'assassinat de Samuel Paty ? 

"C'est un prof qui a voulu montrer les valeurs de la France. C'est inimaginable d’assassiner quelqu'un pour ça. On peut mal le prendre, mais de là à tuer quelqu'un pour ça ! En France on a le droit de blasphémer"

Ce prof n'a fait que son travail, qu'on le décapite pour ça, je ne comprends toujours pas

Qu'est- ce qu'une caricature pour les enfants ?

"C'est pour dénoncer avec un dessins en rigolant sans se moquer. C'est parfois un peu fort, il y a des limites. Critiquer trop fort, ça peut être mal pris. Il ne faut pas dépasser le respect. Dénoncer avec de l'ironie pour que ce soit pas trop dur".

Il y a des limites à la caricatures

Qu'évoque pour eux la  laïcité ? 

"C'est la liberté de pouvoir pratiquer, de pense et croire en ce qu'on veut sans que personne n'ait rien à redire. C'est l'acceptation de toutes les religions. Je suis contente qu'on soit dans un pays laïc. C'est le respect de tout le monde, sans imposer sa religion."

La laïcité, c'est l'acceptation de toutes les religions

Qu'attendent-ils de leurs enseignants ?

"Qu'on m'explique objectivement ce qu'on a le droit de faire et pas faire. Parler de la liberté d'expression. Moi je voudrai que mon prof d'histoire me rassure, que ça ne va pas lui arriver à lui, qu'on est en sécurité. Moi j'attends qu'il nous montre à quel point c'est grave."

Moi j'attends qu'il me dise que ça va pas se produire

Le drame de Conflans Saint-Honorine a relancé le débat autour de l'islamisme radical, de la défense de la laïcité. Après une première cérémonie dans la cour de la Sorbonne il y a 15 jours, un nouvel hommage lui sera rendu dans les établissements scolaires ce lundi matin. France Bleu Hérault a rencontré Jérôme Fournier professeur d'histoire-géo depuis 22 ans. En poste au collège de Paulhan depuis 12 ans. Il prendra le temps de parler aux enfants. Et Thierry Puig, prof d'histoire lui aussi au collège de Poussan.

"On a toujours mis en avant les idées de liberté et de l'importance de l'école pour trouver un avenir meilleur. Fait comprendre qu'on a besoin de rester dans un pays de liberté. On a montré avec cet attentat qu'on a un rôle important dans la société, et qu'on n'est pas des paresseux et des fainéants"

Reportage de Marie Ciavatti

Les enfants ont l'insouciance de leur âge et on va les ramener à une réalité un peu plus grave mais c'est nécessaire.

"Il faut qu'on arrive à en parler à nos élèves et contextualiser ce qui s'est passé  pour ne pas les laisser avec toutes les informations qui se seront bousculées pendant les vacances, car ils auront entendu plein de choses. Il faut qu'on leur explique à quel point c'est grave ce qui s'est passé. Il faut donner du sens à tous ça. On aura des mots différents des familles. Les enfants ont l'insouciance de leur âge et on va les ramener à une réalité un peu plus grave mais c'est nécessaire."

Jérome Fournier est professeur d'histoire géo depuis 22 ans à Paulhan

Nous avons donné aussi la parole à une enseignante d'école primaire, Charlotte. Elle aussi devra parler ce lundi matin aux enfants du drame de Conflans. 

"Je m'interroge encore sur quoi dire, comment le dire. Comment parler de quelque chose qui n'a peut-être même pas été abordé à la maison.  La difficulté c'est d'être face à une classe éclectique. Moi j'aurai envie de les interroger pour savoir qu'ils savent et tirer le fil sans que ce soit douloureux pour eux. J'ai peur de les choquer, moi même j'ai été choquée, je pleurai devant ma télé, je ne vois pas comment des enfants de 6 ou 8 ans peuvent intégrer une information comme celle-là "

Charlotte enseignante en CP et CE2

Depuis deux semaines on a beaucoup parlé du rôle des réseaux sociaux dans cette tragédie, la vidéo virale d'un parent mécontent de l'intervention du professeur d'histoire. A 7h15, nous recevions Dominique Antoni du Club de la Presse qui intervient dans les écoles du département de l'Hérault pour faire de l'éducation aux médias. 

A 7h45, nous recevions Michel Miaille  professeur de droit, président de l'enseignement populaire, spécialiste des questions de laïcité, auteur de Laïcités aux éditions Dalloz en 2014.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess