Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Juan José Padilla sort par la grande porte des arènes de Pampelune

samedi 14 juillet 2018 à 12:42 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

Moins d'une semaine après sa spectaculaire blessure, le matador Juan José Padillla sort par la grande porte des arènes de Pampelune. Le "pirate", a coupé deux oreilles et une oreille a ses deux Jandilla. Roca Rey, deux oreilles et une oreille, est sorti lui aussi par la grande porte.

Juan José Padilla à Pampelune.
Juan José Padilla à Pampelune. - Christian Chalvet

Nîmes, France

Moins d'une semaine après sa grave blessure à Arevalo, Juan-Josè Padilla, qui a triomphé à Nîmes à pentecôte, triomphe ce vendredi dans les arènes de Pampelune. Le pirate face à Jandilla avec du jeu et de l'encaste, est sorti par la grande porte. Il coupe deux oreilles et une oreille pour ses adieux aux arènes de la capitale de la Navarre. Roca Rey, 1 oreille et 2 oreilles, sort lui aussi par la grande porte. Cayetano finissant cette course de la San-Fermin sur un salut et une oreille.

Une faculté de récupération incroyable

Juan José Padilla qui a été, à proprement parler, "scalpé" par la corne ou le sabot d'un garcigrande a Arevalo ne pouvait rater son rendez-vous avec Pampelune. Malgré 50 points de suture, il n'a fallu que six petits jours au "pirate" pour récupérer. Il ne pouvait manquer son rendez-vous, en pleine saison de ses adieux au mundillo avec ses arènes fétiches. Celles qui lui ont attribué le surnom affectueux depuis sa blessure à Saragosse en 2011 ou il a perdu l’œil gauche.

"Illa ! Illa ! Illa ! Padilla maravilla !

Juan-José Padilla qui a franchi la porte des consuls pour ses adieux à Nîmes lors de la feria de Pentecôte est un combattant. Un matador engagé quelles que soient les arènes, de la plus modeste à la plus grande. Le "pirate" a un profond respect pour son public. Son courage, son toreo spectaculaire et son personnage, enflamment les gradins. En trente ans de carrière, pas moins de 39 blessures, un bandeau sur l’œil gauche et une bannière noire qui le rendent reconnaissable entre tous.

Le Nîmois Christian Chalvet et le '"pirate". - Aucun(e)
Le Nîmois Christian Chalvet et le '"pirate".