Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jullouville : les habitants grognent contre l'interdiction de la plage aux chiens

-
Par , France Bleu Cotentin

Plusieurs communes de la Manche interdisent la plage aux canidés en juillet et août. Mais cet été, la mesure ne passe pas à Jullouville. Près de 220 personnes ont signé une pétition demandant la création de créneaux horaires dédiés à la promenade des chiens.

Exemple de panneau interdisant la plage aux chiens ailleurs en France
Exemple de panneau interdisant la plage aux chiens ailleurs en France © Radio France - Lagain Aurelie

Pour la mairie, les chiens sur la promenade, c'est un grand non. D'après Alain Brière, le maire, autoriser les chiens sur la plage et ses abords en cette période touristique est trop contraignant et pose des problèmes à différents niveaux.

Tout d'abord sur le plan sanitaire. "Même si on créait des créneaux dédiés le matin, il faudrait fermer la plage pour la nettoyer avant l'arrivée des gens. Qui ramasserait les crottes ?" interroge le maire.

Ensuite sur un plan sécuritaire. Sur la plage, se croisent enfants, grands-parents, personnes en situation de handicap... rajouter des chiens, même en laisse, devient dangereux. "Il y a des petits en vélo, en trottinette... il y a beaucoup d'agitation pour les chiens et les laisses longues peuvent se coincer dans les jambes et les véhicules, ce qui peut poser des problèmes."

Enfin, c'est trop compliqué au niveau de l'organisation. Alain Brière entend les propositions des signataires de la pétition. Selon eux, il faudrait autoriser les chiens tôt le matin et tard le soir, lorsqu'il n'y a plus personne sur la plage, et verbaliser les gens qui ne ramassent pas les crottes de leur animal. Mais pour l'édile, cette surveillance ne tient pas la route.

Bien sûr qu'on pourrait verbaliser les personnes qui ne ramassent pas les déjections de leur chien. Mais jusqu'où irait-on dans le contrôle ? Ce n'est pas raisonnable.

Une mesure discriminatoire

Pour les protestataires, c'est cet arrêté qui n'est pas raisonnable. Comme Sophie,  ils dénoncent une mesure discriminante. "On ne peut pas mettre tous les propriétaires de chiens dans le même panier. Il faut évidemment verbaliser ceux qui ne ramassent pas les crottes de leur animal, mais ils restent très minoritaires et c'est injuste de punir ceux qui se comportent bien."

La jeune femme estime que la mairie utilise la solution de facilité, sans prendre en compte le bien-être des chiens, qui ont eux aussi besoin de prendre l'air en ce moment.

Sophie est déjà allée à la mairie pour discuter de ce problème. Elle n'avait pas pu voir le maire, seulement le garde champêtre.  Elle va donc y retourner, la pétition sous le bras et avec d'autres personnes cette fois-ci.  

Alain Brière est prêt à les recevoir et à discuter avec eux, mais il l'affirme : "C'est trop tard pour cette année, mais on peut voir comment faire pour l'année prochaine."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess