Infos

"Jungle" de Calais : J-1 avant le démantèlement du camp

Par Isabelle Lassalle, France Bleu Nord et France Bleu dimanche 23 octobre 2016 à 14:29

Dernier jour avant le démantèlement de la "Jungle" de Calais.
Dernier jour avant le démantèlement de la "Jungle" de Calais. © Maxppp -

C'est le dernier jour de la "Jungle" de Calais ce dimanche, avant son démantèlement lundi et l'évacuation du camp. Les tournées s'intensifient cet après-midi pour informer les migrants et les convaincre de partir.

Le processus du démantèlement de la "Jungle" de Calais commence ce dimanche après-midi avec une intensification des tournées pour informer les migrants et les convaincre de partir. Entre 6 400 et 8 100 personnes, selon les comptages, vivent sur ce site immense, d'une dizaine d'hectares.

Les services de l'État ont commencé à informer officiellement les migrants de la "Jungle" de Calais de l'imminence de son démantèlement. Les bénévoles font aussi leurs tournées, "c'est le dernier jour où on peut les aider", dit l'une d'entre elles.

Mais que faire ? Où aller ?... C'est pour répondre à ces questions que le service de l'immigration intensifie ses tournées ce dimanche après-midi. L'OFII (Office français d'immigration et d'intégration) et l'OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) ont notamment dépêché une équipe sur place pour informer les migrants sur la procédure d'asile.

La préfète du Pas-de-Calais doit également rencontrer dans l'après-midi des chefs de communauté du camp. Et 39 mineurs isolés ont quitté la "Jungle" pour la Grande-Bretagne ce dimanche. Au total, 194 mineurs isolés ont pu être transférés depuis le début de la semaine.

Le dispositif se met en place

Les grilles sont encore fermées devant le hangar d'où partiront les migrants, mais des barrières délimitent déjà les quatre files d'attente prévues pour les différents publics (hommes seuls, familles, vulnérables...). Et des voitures de la sécurité civile pénètrent à intervalle régulier dans le périmètre.

François Guennoc, vice-président de l'Auberge des migrants, reste sceptique devant cette opération. "Le gouvernement rêve qu'en détruisant, cela va régler le problème migratoire, mais c'est une erreur : une bonne partie des gens qui vont partir reviendront, sans compter qu'il y a toujours de nouveaux arrivants, environ 30 par jour".

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et la ministre du Logement Emmanuelle Cosse ont réaffirmé aux associations qu'une "proposition de mise à l'abri sera faite à chaque migrant" et que "si les forces de l'ordre seront naturellement présentes (...) leur mission première sera d'assurer la sécurité de tous".

  - Visactu
© Visactu

Partager sur :