Infos

Jungle de Calais : la justice dit non à la fermeture des commerces

Par Eric Turpin, France Bleu Nord et France Bleu vendredi 12 août 2016 à 11:58

Un commerce dans la Jungle de Calais
Un commerce dans la Jungle de Calais © Radio France - Eric Turpin

Le tribunal administratif a rejeté vendredi la demande de la préfecture du Pas-de-Calais d'autoriser la fermeture de 72 commerces dans la Jungle de Calais

Le tribunal administratif de Lille a rejeté vendredi la demande de la préfecture du Pas-de-Calais de l'autoriser à fermer les commerces installés dans le camp de la Jungle de Calais.

Il estime que « les préoccupations exprimées par le préfet du Pas-de-Calais sont tout à fait compréhensibles » mais que « les conditions d'urgence et d'utilité requises » par la loi « ne sont pas remplies pour faire droit » à sa demande « que soient expulsés les gérants des 72 structures de vente illégales recensées » sur le site.

Des lieux de rencontres apaisés entre migrants

Le tribunal ne conteste pas que les commerces exercent sans aucune autorisation et que certains ne respectent pas les règles d'hygiène. Mais il souligne que « ces épiceries, cafés, restaurants remplissent d'autres fonctions » que l'alimentation des migrants qui « vivent dans des conditions de précarité extrême et de total désœuvrement  ». Selon lui, ces lieux « constituent des lieux de rencontre apaisés entre migrants et avec (les) bénévoles (...) ».

La préfecture prend acte

La préfecture du Pas-de-Calais a réagi dans un communiqué. Elle dit « prendre acte de la décision »  et précise que « ces lieux de vente à la sauvette ne respectant aucune des règle sanitaires en vigueur, présentant des risques importants en matière de sécurité incendie (...), elle continuera à lutter contre ces phénomènes illégaux ». Elle annonce de nouvelles opérations de contrôle de ces commerces.

Environ 4.500 migrants vivent sur ce site selon la préfecture, plus de 9.000 selon les associations.

A LIRE AUSSICAHIER SPECIAL - Les migrants de Calais en 20 dates

  - Aucun(e)
-

Partager sur :