Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Jupilles : Le Saint-Jacques renaît grâce à la mobilisation des habitants

-
Par , France Bleu Maine

Depuis le 16 juin 2018, Le Saint-Jacques, à Jupilles (Sarthe) a rouvert ses portes grâce à la mobilisation des habitants qui ont décidé de ne pas laisser fermer le dernier bar de leur village.

Une trentaine de bénévoles se relaie pour tenir le bar et faire la cuisine
Une trentaine de bénévoles se relaie pour tenir le bar et faire la cuisine © Radio France - Bénédicte Robin

Jupilles, France

"L'idée c'est d'en faire un vrai lieu de vie pour le village" explique Yoan, professeur de phyisique au Mans et surtout barman du jour au Saint-Jacques de Jupilles (Sarthe). Depuis un peu moins de deux mois, lui et une trentaine d'autres habitants se relaient les mercredis, vendredi, samedis et dimanche pour ouvrir l'établissement et proposer de la cuisine maison élaborée à partir de produits locaux et si possible bios. La même philosophie s'applique aux boissons.

Une assiette végétarienne proposée par Nico, cuisiner d'un jour au Saint-Jacques - Radio France
Une assiette végétarienne proposée par Nico, cuisiner d'un jour au Saint-Jacques © Radio France - Bénédicte Robin

En quelques mois, 100 000 euros récoltés

Toute cette histoire est née l'été dernier lorsque les anciens propriétaires ont baissé le rideau pour partir en retraite sans avoir trouvé de repreneur. L'idée de perdre le dernier bar de leur village n'est pas passée auprès de certains habitants qui ont donc décidé de s'organiser. "A la première réunion, on avait 25 000 euros sur la table" se souvient Yoan, "et on s'est dit : c'est fou on peut faire cela à 15, il faut demander aux autres". Et c'est comme cela qu'ils ont convaincu une cinquantaine de personnes et deux associations locales de les suivre. En quelques mois, ils ont réussi à réunir 100 000 euros pour racheter les murs, ont monté une société civile immobilière (SCI) et crée une association - La Brass'Vie de Jupilles - chargée de gérer les lieux.

Toutes les idées sont bienvenues pour faire vivre le bar - Radio France
Toutes les idées sont bienvenues pour faire vivre le bar © Radio France - Bénédicte Robin

"On est tous bénévoles" continue Yoan "et on tourne à 30 à peu près pour gérer le bar, la cuisine, le ménage, la plonge etc". Ici chacun vient avec ses envies et l'objectif ce n'est pas de s'arrêter à la simple brasserie-restaurant. Ils ont déjà organiser une conférence, plusieurs soirées, "on peut créer des ateliers tricots ou lecture" sourit Nicolas, un des bénévoles. "_Moi mon envie c'est de faire une vinylothèque pour s'échanger des vinyles_. Cela permettrait d'écouter des musiques de tous horizons et de partager autour de ces musiques. Moi c'est comme cela que je vois la vie dans un village. C'est l'échange, la solidarité, l'entraide" explique le jeune homme originaire du Mans et qui venait avec ses grands-parents à Jupilles quand il était petit.

Bientôt un potager et des poules dans le jardin

Les idées comme celles de Nicolas sont nombreuses chez les bénévoles. Ils sont en train d'aménager le premier étage de l'établissement pour agrandir encre les lieux et réfléchissent à créer un potager pour cultiver leurs propres légumes et pourquoi pas y mettre des poules.

Le jardin accueille pour le moment les toilettes sèches mais bientôt un potager pourrait les rejoindre - Radio France
Le jardin accueille pour le moment les toilettes sèches mais bientôt un potager pourrait les rejoindre © Radio France - Bénédicte Robin

Plus de 1 000 adhérents en moins de deux mois

L'association compte déjà plus de 1 000 adhérents en moins de deux mois. Il faut dire que les gérants proposent très facilement l'adhésion quand vous passe prendre un verre car ils n'ont pas la licence de vente d'alcool et ne peuvent donc boire qu'entre membres. L'adhésion coûte 5 euros pour l'année et vous permet au passage d'être tenu au courant des nouveautés que propose l'établissement et, apparemment, il y en a souvent.

Informations et contact sur la page facebook de la Brass'Vie de Jupilles.