Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - L'association L214 s'attaque à l'élevage de truites du groupe landais Aqualande

vendredi 30 novembre 2018 à 17:27 Par Marion Dambielle-Arribagé, France Bleu Gascogne et France Bleu

L'association de défense de la cause animale publie ce vendredi une vidéo sur les conditions d'élevage et d'abattage des truites. Des images tournées en caméra cachée dans des piscicultures et un abattoir du groupe landais Aqualande, leader du marché en France et en Europe.

L214 pointe notamment du doigt les conditions d'abattage des truites
L214 pointe notamment du doigt les conditions d'abattage des truites - L214 - Ethique & Animaux

Sarbazan, France

Après les vidéos chocs tournées dans des abattoirs ou dans des élevages de volailles en batterie, l'association L214, qui défend la cause animale, publie ce vendredi des images en caméra cachée tournées dans des piscicultures et un abattoir du groupe landais Aqualande, dont le siège social est installé à Roquefort. Aqualande est le principal producteur français de truites d'élevage (également plus gros producteur européen) : 3 truites fumées sur 4 vendues en France proviennent de ses bassins. 

Des bassins surpeuplés

Dans son enquête, L214 dénonce des bassins surpeuplés. "Ces truites vivent dans des bassins surpeuplés, du premier jour de leur vie jusqu’à leur chargement dans des camions pour l’abattoir. Du fait de la promiscuité et des densités d’élevage très élevées, les poissons sont particulièrement sensibles aux maladies et souffrent de stress, d’agressions et de blessures", affirme Sébastien Arsac, porte-parole et co-fondateur de L214. Des accusations rejetées en bloc par Aqualande qui rappelle qu'actuellement il n'y a pas de norme fixant le nombre maximum de poisson par m3 d'eau (excepté pour le bio). "C'est de la manipulation. Les images sont trompeuses, car les truites se regroupent naturellement en banc. Nos poissons ont l'espace nécessaire pour être en bonne santé et se développer normalement, c'est même le premier objectif de nos pisciculteurs. Le contraire serait complètement contre-productif" assure Emmanuel Mazeiraud, directeur de la filière aquaculture pour le groupe Aqualande. Il y a un faible pourcentage de mortalité en pisciculture, moins de 2 %, ce qui est inférieur à la mortalité en milieu naturel précise encore Aqualande.

L'association dénonce des bassins surpeuplés - Aucun(e)
L'association dénonce des bassins surpeuplés - L214 - Ethique & Animaux

Des images trompeuses et une vision déformée de la réalité

L'association pointe aussi du doigt les conditions d'abattage des truites, notamment dans l'abattoir de Sarbazan. Des conditions qui seraient  source de souffrance pour les poissons affirme L214. "Elles sont déversées dans des bacs de CO2(dioxyde de carbone) pour les asphyxier. Cela les immobilise mais ne les étourdit pas complètement avant plusieurs minutes. Elle sont pourtant tout de suite saignées et flottent ensuite dans un bac d'eau rougi par le sang. Ce sont des images choquantes" assène Sébastien Arsac. Là encore, Aqualande dénonce une vision déformée de la réalité : "C'est une méthode qui est largement utilisée et agréée au niveau national et européen. De plus, nous travaillons en permanence pour trouver des axes de progrès. On s'intéresse à de nouvelles techniques, notamment une technique récente d'étourdissement immédiat du poisson, que nous allons mettre en place dès 2019. Donc nous avons une véritable volonté permanente d'améliorer le bien-être de nos poissons, de l'élevage, jusqu'à l'abattage", explique Emmanuel Mazeiraud.

L214 demande qu'une mission d'information sur les conditions d'élevage et d'abattage dans la filière piscicole soit immédiatement mise en place à l'Assemblée nationale. De son côté, Aqualande se réserve le droit de porter plainte contre l'association pour diffamation.