Société

L'abattoir du Vigeant montré du doigt par l'association L 214

Par Marie-Coralie Fournier, Delphine Garnault et Quentin Chillou, France Bleu Poitou et France Bleu mardi 20 septembre 2016 à 11:32

L'association de défense des animaux publie la vidéo sur son site internet
L'association de défense des animaux publie la vidéo sur son site internet - L214

L'asssociation L214, qui milite pour le bien être animal, montre du doigt ce mardi matin dans une vidéo l'abattage de moutons au Vigeant dans le Sud de la Vienne. Il s'agit "d'abattage sans étourdissement préalable". Pratique autorisée par dérogation et dans certaines conditions.

L'association L214, qui milite pour le bien-être animal, lance ce mardi une pétition demandant au gouvernement "d'interdire l'abattage des animaux sans étourdissement préalable". Elle met en ligne sur son site internet une vidéo violente réalisée pendant les fêtes de l'Aïd et qui dévoile  des égorgements à vif de moutons.

Des images tournées au Vigeant

La vidéo a été tournée  dans un abattoir du Vigeant dans le Sud de la Vienne le lundi 12 septembre.  Cet établissement est agréé par la préfecture pour les fêtes de l'Aïd.

Les pratiques d'égorgement sans étourdissement sont autorisées par dérogation aux membres des cultes juifs et musulmans mais l'association pointe aussi du doigt des infractions dans les méthodes d'abattage : certains animaux se débattent au moment d'être saigné alors qu'ils doivent être immobilisés jusqu'à la perte de conscience.

L'association L214 annonce qu'elle porte plainte pour ces infractions.

Ecouter Brigitte Gothière, porte-parole de l'association L214

Pas de maltraitance selon l'abattoir du Vigeant

Pour la direction, par la voix du président de la SODEM-COVIMO Hervé de Monvallier,  "Ce qu'on a fait, on l'a fait dans la plus parfaite légalité et sous le contrôle des agents de la DDPP et des services vétérinaires."

"Ils ont du faire des heures et des heures de film avec leur caméra accrochée au dessus de nos chaines... 5.200 agneaux sont passés dans la journée du lundi de l'Aïd, ils en ont trouvé un qui était conscient, voilà. Y'a pas de maltraitance."

L'abattoir "dans la plus parfaite légalité", selon son président Hervé de Monvallier

Partager sur :