Société

L'Adapei Loire fête ses soixante ans

Par Thomas Schonheere, France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 11 septembre 2017 à 5:00

L'association prend en charge 2.000 personnes dans une soixantaine d'établissements.
L'association prend en charge 2.000 personnes dans une soixantaine d'établissements. © Radio France - Thomas Schonheere

L'association dédiée aux personnes en situation de handicap a fêté, ce week-end, ses soixante années d'existence. Si les choses ont changé depuis 1957, il reste de nombreux combats à mener.

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies, ce samedi, à Andrézieux-Bouthéon, pour le soixantième anniversaire de l'Adapei Loire. Une fête, avec cirque et tir-à-l'arc, dédiée aux bénévoles qui, depuis soixante ans, militent pour une meilleure prise en charge des personnes en situation de handicap. "La première chose à laquelle les pionniers se sont attaqués, c'est la scolarisation", rappelle Rolland Cortot, le directeur général de l'association. "Eux, ils voulaient mettre des professionnels à disposition de leur enfant dans des établissements fermés. La logique, aujourd'hui, c'est de sortir les gens de ces murs : il faut des moyens autour de l'enfant scolarisé en milieu ordinaire."

Plusieurs projets vont voir le jour en 2018

Après soixante ans d'existence, l'Adapei Loire prend en charge 2.000 personnes dans une soixantaine d'établissements, des ESAT (Etablissements et services d'aides par le travail) aux foyers d'accueil spécialisé. Et l'association n'a pas fini de grandir : au printemps 2018, elle va ouvrir un "Village de répit" à la ferme de Chalain-d'Uzore. L'endroit pourra accueillir, dans des lodges ou des bungalows, une trentaine de personnes, les parents, notamment, désireux de passer un moment au calme avec leur enfant atteint de handicap.

Autre chantier, qui sera terminé fin 2018 : une unité centrale de production alimentaire à Andrézieux-Bouthéon, dans la zone du Parc des Murons. Il s'agit d'une cantine et d'un restaurant à la fois, qui alimentera une partie des établissements gérés par l'association. L'idée : adapter les menus aux besoins des personnes en situation de handicap. "Les personnes trisomiques, notamment, si elles n'ont pas un régime approprié, elles grossissent énormément", explique Valérie Benotti, la présidente. "Et beaucoup de personnes ont des pathologies autres que leur handicap, comme le diabète. Nous avions besoin, grâce à une nourriture saine et appropriée, de limiter la prise médicamenteuse."

Le restaurant et son drive seront ouverts à tous, et proposeront des produits bio issus de circuits courts. L'établissement permettra aussi de former et de faire travailler des personnes suivies par l'association.

L'Adapei Loire inquiète de la baisse des emplois aidés

Comme beaucoup d'autres, l'association est confrontée à la baisse des emplois aidés. Une cinquantaine de postes sont menacés, selon Rolland Cortot : "Régulièrement, les jeunes que l'on emploie sur des emplois aidés, ils font des formations et intègrent des métiers. La société se bat pour inclure les personnes handicapées mais, en même temps, elle déconstruit ce qui est aussi un facteur d'inclusion pour ceux qui font le boulot autour des personnes handicapées !"

"L'association a un rôle de formation des jeunes" - Rolland Cortot