Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'aéro-club de Berck équipe un Ulm pour le rendre accessible aux apprentis pilotes handicapés

-
Par , France Bleu Nord

A Berck, les personnes handicapées peuvent désormais apprendre à piloter. L’aéro-club a acheté et transformé un Ulm pour le rendre accessible à ceux qui sont invalides des jambes. Pour les gouvernes, les palonniers ont été remplacés par des malonniers, sur la manette des gaz.

L'aéro-club de Berck a investi dans un Ulm adapté pour permettre à des personnes handicapées de voler.
L'aéro-club de Berck a investi dans un Ulm adapté pour permettre à des personnes handicapées de voler. © Radio France - Matthieu Darriet

Berck, France

C'est une initiative inédite dans la région : l’aéro-club de Berck vient d’acheter et d’équiper un Ulm pour permettre à des personnes handicapées de voler. Avec ses ailes hautes, son cockpit largement vitré, et ses 80 chevaux, cet appareil ressemble à un petit avion.  Il était très attendu par la cinquantaine de membres de club de Berck. Car leur idée, depuis longtemps, était de pouvoir permettre à des personnes invalides des jambes de voler. 

Partager la passion de voler, avec tous

Avec les hôpitaux de la fondation Hopale, ils proposaient déjà des baptêmes de l’air sur leurs appareils. Mais ça ne leur suffisait plus. Pour transmettre leur passion, ils voulaient rendre accessible à tous la formation de pilote amateur. C’est ce que raconte Serge Dhedin, il est instructeur Ulm au club : "L'aviation c'est un peu l'ultime espace de liberté. Et de pouvoir participer à l'épanouissement d'une personne qui est à mobilité réduite, c'est un plus. On a l'impression d'apporter un peu de bonheur et c'est vraiment très intéressant de participer à ça."

Un Ulm plutôt qu'un avion

Le club a choisi un Ulm plutôt qu’un avion, car la formation est plus légère, plus accessible financièrement et impose moins de contraintes d’un point de vue médical pour les élèves handicapés. Il a investi 78.000 euros dans cet appareil neuf, dont 6.000 à 7.000 euros pour l’adapter. Ainsi tout est centré sur la commande des gaz, qui est située entre les deux sièges, donc entre l’élève et son instructeur : "Par rapport aux commandes classique, l'appareil est adapté pour les personnes qui sont handicapés des membres inférieurs. Les palonniers -c'est-à-dire les gouvernes qui sont actionnées par les pieds- ont été transformés en malonniers."

Avec une seule et même commande, on se dirige à la main : la manette des gaz et la gouverne de direction.

Pascal Prat (ici avec Serge Dhedin, son instructeur) est le premier élève handi de l'aéro-club de Berck. Il apprend à piloter un Ulm qui a été adapté. - Radio France
Pascal Prat (ici avec Serge Dhedin, son instructeur) est le premier élève handi de l'aéro-club de Berck. Il apprend à piloter un Ulm qui a été adapté. © Radio France - Matthieu Darriet

Le premier élève de cet Ulm handi, c’est Pascal Prat. Depuis tout jeune, il se passionne pour l’aéronautique. Il a beaucoup pratiqué l’aéromodélisme. Et à Berck, ça se passe à deux pas des avions du club ! Alors forcément ça fait un peu envie ! Mais si une canne lui permet de se déplacer au quotidien, pour piloter, impossible d’utiliser le palonnier. Avec cet Ulm, il réalise donc un rêve. Et il affiche déjà une douzaine d’heures de pilotage en instruction : "C'est stressant, évidemment, au départ. Il y a le tableau de bord à surveiller, les constantes, et puis ce qu'on ressent. Mais avec l'instructeur, ça se passe plutôt très bien."

Cela me donne un nouvel horizon. J'approche de la soixantaine, donc j'ai dix années a bien m'entretenir pour continuer de voler et progresser.

Aujourd’hui, Pascal Prat a passé l’examen théorique et il devrait être lâché, seul en vol, assez vite, avec les beaux jours. Décollage, atterrissage, tour de piste et même panne en campagne… ce sont ses petits bonheurs, désormais.  

Un appareil qui reste accessible aux valides

Une deuxième élève, invalide des membres inférieurs, est également inscrite au club. Cette femme, originaire de Belgique, n’a pas trouvé autour de chez elle de qui assouvir sa passion. Elle vient à Berck, pour des sessions intensives avec l’instructeur. 

Et puis, cet Ulm transformé reste accessible aux valides. Un beau projet que le club a dû monter seul ou presque, les partenaires, notamment les collectivités locales, ne se sont pas bousculées pour l’aider financièrement. Mais les membres du club y tenaient, alors ils l’ont fait… et maintenant que les premiers élèves commencent à voler, les subventions arrivent.