Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'affaire du Levothyrox : "Je suis obligée d'aller acheter le médicament ancienne formule en Italie"

mercredi 27 septembre 2017 à 10:10 Par Sébastien Germain, France Bleu Azur

Anne-Catherine Colin Chauley lance une action collective après avoir déposé plainte. C'est l'affaire du Levothyrox. Cette Mouginoise est la première à avoir porté plainte dans cette affaire.

Anne Catherine Colin Chauley
Anne Catherine Colin Chauley © Radio France - Sébastien Germain

Nice, France

Anne-Catherine Colin Chauley est cette Mouginoise qui est la première à avoir porté plainte dans l'affaire du Levothyrox. Elle était notre invité à 7h50.

"Si on arrête le médicament, on risque de mourir"

Anne-Catherine Colin Chauley nous parle des effets secondaires depuis qu'elle prend le nouveau Levothyrox : "J'ai des crampes, des vertiges, des maux de tête. J'ai arrêté le médicament pendant 2 jours, je suis allé chercher l'ancienne version en Italie comme beaucoup d'Azuréens. Il ne faut surtout pas arrêter de prendre le médicament sinon on meurt. Depuis ma plainte, je reçois des centaines d'appels par jour."

"On est très inquiet"

Anne-Catherine Colin Chauley lance une action collective. L’ancienne formule du Levothyrox sera en pharmacie lundi 2 octobre, mais ce n'est pas forcément une bonne nouvelle : "c'est assez mitigé parce que c'est pour une période transitoire et pour en bénéficier, il faut faire partie des cas graves, mais nous n'avons pas d'autres indications. On est très inquiet. Nous avons très peu d'informations."

L'invité