Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Catastrophe d'AZF, 20 ans après

"Ça nous a tétanisés" : 20 ans après l'explosion d'AZF, France Bleu Occitanie vous donne la parole

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

France Bleu Occitanie réalise une émission spéciale ce mardi depuis la place du Capitole pour parler du devoir de mémoire autour de l'explosion d'AZF. 20 ans après, les témoignages sont nombreux, comme celui du chanteur toulousain Magyd Cherfi, qui sera la voix de notre podcast.

Magyd Cherfi, le chanteur et écrivain toulousain prêtera sa voix au podcast de France Bleu Occitanie sur AZF.
Magyd Cherfi, le chanteur et écrivain toulousain prêtera sa voix au podcast de France Bleu Occitanie sur AZF. © Radio France - Sandrine Morin

Depuis le 4 mai, France Bleu Occitanie vient à votre rencontre pour ressasser, parler avec vous de vos souvenirs, parfois douloureux. L'opération "Mon AZF, histoire de Toulousains" parcourt les quartiers toulousains pour venir à la rencontre des gens, recueillir leurs témoignages sur "leur" AZF" et leur ressenti sur ce moment fort, 20 ans après l'explosion qui a changé pour toujours l'histoire de la région toulousaine. 

Le chanteur et écrivain toulousain Magyd Cherfi se souvient par exemple très bien de "son" AZF. "Ce jour-là, j'étais en train de mettre en place un festival au lac de Sesquières au nord de Toulouse lorsqu'il y a eu une sorte de boom lointain" raconte t-il. "Ça nous a tétanisé, et je me suis dit merde, ça y est. J'ai tout de suite pensé à un attentat, qui plus est dans le contexte de l'époque, dix jours après le 11 septembre". 

Magyd Cherfi sera par ailleurs la voix de France Bleu Occitanie pour son podcast intitulé "Mon AZF : histoires de Toulousains", disponible en septembre 2021. Il compilera tous les témoignages de Toulousains recueillis par nos journalistes sur le terrain. 

" Ça nous a tétanisé"

Francis Grass, l'adjoint au maire de Toulouse en charge des politiques culturelles et mémorielles, estime de son côté que le mémoire de devoir est très important. "Ça nous touche tous directement, puisqu'on a tous un souvenir précis de l'événement". Il y a encore un travail mémoriel à faire, notamment du côté des historiens. "Il y a eu beaucoup de reconstructions, c'est une histoire qui n'est pas fini".

Un parcours mémoriel

Pour les 20 ans d'AZF, un parcours sur le site de l'explosion va raconter son histoire. "On sera plutôt sur les faits" selon Francis Grass, avec trois phases. La première présente la longue histoire de cette industrie toulousaine, avant de montrer l’événement, le 21 septembre et le drame. Et vient en troisième temps du parcours l'après-AZF, avec les procès, mais aussi la création de nouveaux sites. 

Il y a un risque véritable à ce que l'histoire d'AZF se perde. Des gens arrivent dans la métropole, d'autres n'étaient pas nés. Il faut donc conserver cette histoire. Par exemple, beaucoup de Toulousains ne savent pas que l'aviation a aussi débuté ici. Il faut donc cultiver cette mémoire" - Francis Grass, l'adjoint au maire de Toulouse en charge des politiques culturelles et mémorielles.

Des blessures encore marquantes

Pauline Miranda, de l’association des sinistrés du 21 septembre, estime qu'une quarantaine de dossiers qu'elle a porté, notamment de jeunes victimes de l'époque, n'ont jamais été reconnus et ne seront donc jamais indemnisés. 

Tous les matins, je mets un peu d'AZF dans mon oreille avec mon appareil auditif. Mon corps est marqué, je le ressasse tous les jours. Les blessures sont encore là, et je traite encore des dossiers de victimes, et j'essaie encore 20 ans après de faire reconnaître leur statut. L'affaire n'est pas close" - Pauline Miranda, de l’association des sinistrés du 21 septembre. 

"Cette explosion, je l'ai dans ma chair" affirme Pauline Miranda. 20 ans après, l'émotion est toujours palpable et le devoir de mémoire nécessaire. Pour elle, le recueil de témoignage fait par France Bleu Occitanie "est super important, il est même nécessaire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess