Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'Aïd en Ariège, une transmission en question

-
Par , France Bleu Occitanie

Devant l'abattoir de Pamiers, une petite dizaine de personnes attendent l'agneau sacrifié, rituel de la grande fête de l'Aïd el Kebir. L'Aïd, une grande fête dont la transmission peut être difficile.

Les aînés s'occupent d'aller chercher les agneaux. Pour l'abattoir de Pamiers, près de 300 bêtes seront sacrifiées pendant les quatre jours de festivités.
Les aînés s'occupent d'aller chercher les agneaux. Pour l'abattoir de Pamiers, près de 300 bêtes seront sacrifiées pendant les quatre jours de festivités. © Radio France - Thomas Vinclair

Pamiers, France

"L'Aïd c'est la grande fête!" Devant l'abattoir de Pamiers, les croyants ont tous le même programme. Quatre jours de fêtes avec de magnifiques repas. Au centre de l'attention, l'agneau sacrifié. "Parents, enfants, tantes et oncles, tout le monde se retrouve ensemble dans un esprit de convivialité pour partager le repas! C'est magnifique", s'exclame Aziz. 

Bien choisir son agneau

Traditionnellement, les aînés s'occupent de la bête. Aziz lui sait comment choisir le bon agneau : "Nous le prenons avec des éleveurs du coin. La première des règles, c'est qu'il faut que l'agneau ait au moins six mois. Après pour la forme, c'est à dire avec ou sans corne, chacun fait comme il veut. Par contre, si on choisit une femelle, on ne doit pas la sacrifier si elle a déjà mis bas. Aujourd'hui, certains jeunes ne connaissent pas toutes ces règles."

Peu d'abattoirs ouverts aux particuliers

Pour le croyant, "c'est une grande fête dont la transmission peut parfois être difficile". En effet, l'abattoir de Pamiers est l'un des seuls du secteur ouverts pour les particuliers. De nombreux Toulousains ont dû faire le chemin jusqu'en Ariège pour récupérer les agneaux tués sous l'égide d'un sacrificateur. Selon le directeur de l'abattoir de Pamiers, près de 300 bêtes seront sacrifiées jusqu'au jeudi 15 août. Des sacrifices qui ont aussi un coût. Il faut compter entre 140 et jusqu'à 180 euros par agneau vivant chez un éleveur puis 45 euros pour la prise en charge par l'abattoir.