Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'Alliance anti-corrida remporte un nouveau combat à Nîmes

jeudi 23 juin 2016 à 10:55 Par Camille Payan, France Bleu Gard Lozère

L'Alliance anti-corrida a réussi à obtenir lundi le retrait d'une effigie de torero qui se trouvait dans une grande surface à Nîmes. Le mannequin trônait au milieu de la charcuterie il avait pour but de promouvoir du jambon.

L'effigie n'est pas restée longtemps en place dans la grande surface...
L'effigie n'est pas restée longtemps en place dans la grande surface... - Claire Starozinski - Alliance anti-corrida

Nîmes, France

"Des clients ont été choqués de voir ce torero sur du saucisson" souligne la présidente de l'Alliance anti-corrida à Nîmes, Claire Starozinski. L'association d'opposants à la tauromachie n'a pas non plus vraiment apprécié de voir cette effigie au milieu d'une grande surface à Nîmes en fin de semaine dernière.

Claire Starozinski a donc décidé de contacter directement la direction de l'établissement pour demander que le mannequin dans son habit de lumière soit retiré.

Rapidement retiré

La grande surface, elle, n'avait sans doute pas perçu que la présence de ce matador pouvait interloquer. Visiblement elle comptait mettre davantage l'accent sur l'ambiance espagnole pour vendre du jambon, sans pour autant soutenir la corrida. Ce n'est pas le point de vue de Claire Starozinski :

"Toutes ces représentations, c'est fait pour promouvoir la corrida, pour que les gens aillent voir les spectacles."

Claire Starozinski, la présidente de l'Alliance anti-corrida

Claire Starozinski, présidente de l'Alliance anti-corrida - Radio France
Claire Starozinski, présidente de l'Alliance anti-corrida © Radio France

En tout cas, le combat n'a pas été très difficile pour l'Alliance anti-corrida, il a suffi d'un échange de quelques mails avec la direction de la grande surface pour que le torero disparaisse.

Un retrait qui n'est pas du tout perçu comme un succès de la part des aficionados. L'avocat spécialiste des dossiers taurins, maître Ludovic Parra, ne veut pas parler de victoire de ses opposants :

"On peut davantage considérer que c'est la nôtre de victoire. Ils en sont réduits à faire des actions vraiment futiles."

Maître Ludovic Parra

Il y a deux ans, à Beaucaire déjà, un matador et son toro avaient été retirés aussi d'un supermarché à la demande de l'Alliance anti-corrida.