Société

L'aménagement des vestiges de l'Abbaye St Géraud présenté par la mairie d'Aurillac

Par Charlotte Jousserand, France Bleu Pays d'Auvergne mercredi 13 septembre 2017 à 20:02

Les travaux devraient débuter d'ici la fin de l'année espère le maire d'Aurillac
Les travaux devraient débuter d'ici la fin de l'année espère le maire d'Aurillac © Maxppp - Pierre Marsilhac

Le projet d'aménagement des vestiges Saint-Géraud est présenté ce jeudi 14 septembre par la mairie d'Aurillac lors d'une réunion publique. Les vestiges de l'abbaye ont été découverts il y a 4 ans, en 2013.

La mairie d'Aurillac organise ce jeudi 14 septembre à 18 heures, au centre de congrès des Carmes, une réunion publique pour informer les habitants de ce que vont devenir les vestiges de St-Géraud.

Un projet qui conserve "le caractère médiéval du site"

Le maire d'Aurillac va présenter le projet et le cabinet d'architectes retenus parmi les trois projets candidats. Il s'agit du projet du cabinet Antoine Dufour, un projet qui selon Pierre Mathonier "conserve le caractère médiéval du site".

Un exemple d'aménagement des vestiges de Saint-Géraud - Aucun(e)
Un exemple d'aménagement des vestiges de Saint-Géraud - Agence architecte Antoine Dufour

Le projet va mettre "en valeur les pierres anciennes, un dallage dans la rue monastique". Il y aura également, selon le maire, "des espaces pour exposer une partie de ce qui a été trouvé pendant les fouilles" et seront également aménagés "un certain nombre d'espace vert pour faire le lien entre la rue de l’Aumône et la place Gerbert".

Mais sans les vestiges

Les vestiges seront en dessous, enfouies à nouveau et ce quelque soit le projet architectural choisi. Ce que regrette l'association de mise en valeur des vestiges de l'Abbaye St-Géraud, qui milite depuis leur découverte pour qu'elles restent visibles pour les visiteurs.

Pour Jean-Pierre Blaché, le président de l’association, "il y avait un intérêt esthétique, mais aussi un intérêt de connaissance". Jean Pierre Blaché imaginait alors "des vestiges protégés mais avec un chemin de déambulation pour les visiteurs". Pour cet Aurillacois, "là on va donner des explications sur quelques chose que les gens ne verrons pas, cela n'a aucun sens".

Un croquis de l'aménagement réalisé par l'agence Antoine Dufour - Aucun(e)
Un croquis de l'aménagement réalisé par l'agence Antoine Dufour - Agence Antoine Dufour

Pour le maire, il faut les enfouir, c'est la consigne de la DRAC, de la direction régionale des affaires culturelles, car cela permet de les conserver et de les protéger de l'usure. Pierre Mathonier explique : "l'idée c'est de maintenir la richesse archéologique en protégeant les vestiges pour que demain, si des évolutions techniques on puisse de nouveau interroger ces vestiges pour avancer dans la recherche scientifique".

Plus de vestiges donc, mais des marquages au sol pour indiquer leur présence et des informations qui selon Pierre Mathonier "permettent d'imaginer sur le site même, la présence des vestiges".

Un projet de financement à moitié bouclé

Le maire d'Aurillac espère débuter les travaux d'ici la fin de l'année mais pour le moment le financement est à moitié bouclé. Il manque selon Pierre Mathonier "on attend la réponse de l'Etat, sur ce dossier la responsabilité de l'Etat était très forte ce qui fait qu'ils doivent nous accompagner de manière très forte".