Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'ancien camp d'internement de Pithiviers "rematérialisé"

-
Par , France Bleu Orléans

75 ans après, l'ancien camp d'internement mis en place par le gouvernement de Vichy à Pithiviers a été re-situé par des élèves en BTS géomètre-topographe du lycée Gaudier-Brzeska de Saint-Jean-de-Braye.

Corentin et son professeur François Etave, tous deux du lycée Gaudier-Brzeska de Saint-Jean-de-Braye, devant le tracé de l'ancien poste de garde.
Corentin et son professeur François Etave, tous deux du lycée Gaudier-Brzeska de Saint-Jean-de-Braye, devant le tracé de l'ancien poste de garde. © Radio France - Théophile Vareille

A Pithiviers, l'ancien camp d'internement a été re-situé et matérialisé, au sol, par des élèves en BTS géomètre-topographe du lycée Gaudier-Brzeska de Saint-Jean-de-Braye. Ces lycéens ont tracé par terre à la rubalise (ruban de balisage) le contour des anciens bâtiments du camp, au cœur même de la ville. 

Du camp de garde à l'infirmerie en passant par les barrques, tout a pu être replacé grâce à des photos aériennes d'après-guerre. "Les élèves ont comparé des images d'archives et des images prises lors d'un survol aérien réalisé pour l'occasion," explique Marion Jouhaneau, médiatrice culturelle au Centre d'étude et de recherche sur les camps d'internement du Loiret (Cercil), organisme associé au projet.

Une visite guidée a eu lieu samedi 21 septembre au matin, à l'occasion des Journées du Patrimoine.
Une visite guidée a eu lieu samedi 21 septembre au matin, à l'occasion des Journées du Patrimoine. © Radio France - Théophile Vareille

Corentin, 17 ans, est un des élèves qui a travaillé sur le projet, une expérience qui l'a marqué : "Ça fait bizarre de se dire que c'était juste là, que ces choses horribles se sont passées." Émotion aussi parmi la trentaine de personnes qui, ce samedi 21 septembre au matin, participent à la visite guidée organisée à l'occasion des Journées du Patrimoine. 

"Entrer dans le camp"

Debout devant une balançoire pour enfants, où 75 ans auparavant se tenait une baraque du camp, Michel Biron, enseignant à la retraite, se dit touché : "On a le sentiment d'être en contact plus proche, plus intime, avec l'histoire dramatique de ces gens, de vraiment s'en rendre compte."

Ces réactions sont en phase avec l'objectif du projet, comme l'explique Marion Jouhanneau du Cercil : "On entre vraiment dans le camp, on le visualise, cela permet de prendre mesure de l'ampleur de ce camp, en plein Pithiviers." Car aujourd'hui, il ne reste aucune trace de ce camp au sein de la ville (hormis une stèle à la mémoire des victimes de la Shoah).

Le square Max-Jacob, situé à quelques pas de l'emplacement de l'ancien poste de garde, accueille des stèles à la mémoire des victimes de la Shoah.
Le square Max-Jacob, situé à quelques pas de l'emplacement de l'ancien poste de garde, accueille des stèles à la mémoire des victimes de la Shoah. © Radio France - Théophile Vareille

De camp de prisonniers de guerre français en 1940, le camp de Pithiviers a été reconverti en camp d'internement après la "rafle du billet vert" en mai 1941. De nombreux Juifs arrêtés pendant la rafle du Vel d'Hiv en juillet 1942 sont par la suite emprisonnés à Pithiviers. Entre juin et octobre 1942, plus de 6 000 Juifs seront envoyés au camp d'Auschwitz depuis le camp de Pithiviers.

Aucune nouvelle visite de ce camp "re-situé" n'est prévue, les marquages au sol étant temporaires. Il est toutefois possible de visiter le Musée-mémorial des enfants du Vel d'Hiv dans les locaux du Cercil, à Orléans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess